Un cylindre métallique de plus de 4 mètres tombe du ciel en Birmanie

International
OVNI OU FUSEE ? - Les habitants de la province de Kachin, dans le nord de la Birmanie ont eu une grosse frayeur. Jeudi 10 novembre, un énorme objet métallique non identifié est tombé du ciel, sans faire de victime heureusement. Il pourrait s'agir d'un débris de fusée chinoise, selon certains médias britanniques.

C'est un grand mystère que les autorités birmanes vont devoir résoudre. Jeudi 10 novembre, un cylindrique en métal de 4,5 mètres de long est tombé près de la ville de Hpakant, dans une zone minière du nord du pays. Heureusement, aucune victime n'est à déplorer comme le relate The Myanmar Times, repris par France info. Mais désormais, cet objet pose beaucoup de questions.


L'un des habitants a raconté au journal birman avoir entendu un énorme bruit vers 6h du matin. "Tout le monde croyait que c'était une explosion dûe à une artillerie lourde", explique-t-il. Mais quand il s'est approché, il a trouvé cet engin qui ressemblait selon lui à un moteur, avec des diodes et du cuivre qu'il a aperçu. Une odeur âcre s'en dégageait, comme s'il venait de brûler.

La piste d'une fusée privilégiée

Pour l'heure, les autorités locales n'ont pu identifier formellement la nature de cet objet. Ils soupçonnent néanmoins que celui-ci provienne plutôt d'une fusée, ou plus précisément de ce qui sert au lancement de celle-ci.


La BBC et The Guardian ont d'ailleurs corroboré cette hypothèse. Des inscriptions chinoises auraient été retrouvées, laissant penser qu'il appartiendrait à un de leurs appareils. Ce qui serait tout à fait possible selon le chercheur Clemens Rumpf spécialisé en aérospatial, de l'université de Southampton University.


Le jour même l'empire du milieu avait effectivement lancé une fusée et cette dernière passait au dessus de la Birmanie, explique-t-il au Guardian. Ce débris pourrait donc être la partie inférieure qui sert au décollage et qui est généralement lâchée au bout de quelques minutes. Mais selon le journal britannique, Pékin n'avait toujours pas confirmé l'information au lendemain de la chute. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter