Un Français arrêté en Ukraine, soupçonné de projeter des attentats en France

Un Français arrêté en Ukraine, soupçonné de projeter des attentats en France
International
DirectLCI
TERRORISME - Un Français, inconnu des services, a été arrêté fin mai lors du passage d’un poste frontière entre l’Ukraine et la Pologne. Il aurait pu avoir pour cible des mosquées ou des synagogues sur le territoire français.

Il était surveillé depuis plusieurs jours. Un ressortissant français transportant des armes et des explosifs et prévoyant une attaque terroriste en France a été arrêté à la frontière de l'Ukraine et de la Pologne fin mai, ont indiqué les gardes-frontières ukrainiens samedi 4 juin. Ce jeune de 25 ans serait originaire de Lorraine. 

La chaîne de télévision M6, qui révèle l'information , indiquait samedi qu'un individu avait été appréhendé par des gardes-frontières, alors qu'il transportait dans son véhicule un arsenal de guerre : au moins trois lance-roquettes, plusieurs systèmes de visée, une centaine de détonateurs, plus de cent kilos de TNT, une demi-douzaine de fusils d’assauts de type kalachnikov ainsi que de nombreuses cagoules. Le montant de l'arsenal est estimé à 250.000 euros.

EN SAVOIR +
>>  L'ultra-droite, cette autre menace sur la France >>  Que sait-on du Français arrêté en Ukraine ?

Un t-shirt d'extrême-droite retrouvé chez lui

Un porte-parole des gardes-frontières ukrainiens a confirmé l'arrestation. L'homme, qui est actuellement détenu par les autorités ukrainiennes, pourrait faire l'objet d'une demande d'extradition de la part des autorités françaises. Toujours selon la chaîne, il aurait projeté d’acquérir des munitions puis de les convoyer en France, afin de commettre des attentats, une thèse qui ne convainc pas les renseignements français, avance LCI .

D'après des informations concordantes, l’homme aurait évoqué comme cibles potentielles des synagogues ou des mosquées. Toujours selon M6, une perquisition a eu lieu à son domicile où des composants d'explosifs et un t-shirt d'extrême-droite ont été retrouvés. L'homme résiderait à Nant-Le-Petit, dans la Meuse, et exercerait le métier d'inséminateur en Alsace, selon L'Est Républicain . Ce serait au volant d’une voiture de sa société qu’il aurait été intercepté, indique le journal.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter