"Un monde s’effondre" : que risque l’ambassadeur de France aux Etats-Unis pour son tweet anti-Trump ?

"Un monde s’effondre" : que risque l’ambassadeur de France aux Etats-Unis pour son tweet anti-Trump ?
International
DirectLCI
POLÉMIQUE - Aussitôt les résultats de l’élection présidentielle américaine connus, l’ambassadeur de France aux Etats-Unis, Gérard Araud, a exprimé son désarroi sur Twitter. Une réaction qui a valu de nombreuses critiques d'hommes politiques de droite et d’extrême-droite, tandis que des internautes appellent à sa démission. Mais le Quai d'Orsay, joint par LCI, ne l'entend pas de cette oreille.

Il a sans doute tweeté sous le coup de l’émotion. Gérard Araud, l'ambassadeur de France aux Etats-Unis, a provoqué un beau tollé en postant, mercredi matin, deux messages sur Twitter : "Après le Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige". Puis : "C’est la fin d’une époque, celle du néolibéralisme. Reste à savoir ce qui lui succédera". Il n'en fallait pas plus pour lancer un véritable bad buzz.


Les deux messages ont vite été effacés. L’ambassadeur s’est à la place contenté de retweeter l’intervention du président François Hollande, des commentaires de journalistes, ou encore des articles analysant le décalage des sondages sur l’élection américaine.  


Mais, magie de l'Internet, le tweet a survécu. La chaîne Fox News  l'a aussitôt repris pour le dénoncer, tandis que le  Daily Mirror a trouvé "d'autant plus étonnantes" les remarques de l’ambassadeur qu’il devra travailler avec Donald Trump quand il sera président. Sur Twitter, les internautes se sont aussi déchaînés. "How dare he ????!" (Comment ose-t-il ?, ndlr), s’est exclamé  une présentatrice de la chaîne conservatrice Fox News, Anne Bayefsky, avant de dénoncer un message "odieux". Et les Américains d'enchaîner, évoquant la "corruption des hommes politiques français".

En France aussi, des internautes invoquent le devoir de réserve lié à la fonction d'ambassadeur.

Le FN s’est également insurgé de cette prise de position. Son député Gilbert Collard s’est particulièrement acharné, mais d'autres personnalités, comme le député Les Républicains Philippe Meunier, soutien de Nicolas Sarkozy, ont fait de même.

Dérapage ? Gaffe ? Gérard Araud, nommé par Francois Hollande à Washington en novembre 2014, est en tout cas un twittos invétéré qui, fort de ses 32.000 followers, commente abondamment l'actualité et n'hésite pas à donner son point de vue sur la montée des extrêmes, les nationalismes… se faisant alors souvent épingler par les internautes. Mais le tweet de mercredi a rencontré un écho bien plus large que celui de son réseau habituel.  


Pourtant face au début de polémique, le Quai d’Orsay, joint par LCI, assure l’ambassadeur d’un soutien qui semble indéfectible. D’abord en tenant à "replacer dans son contexte" ce tweet. Il s’inscrit dans le cadre "d’une diplomatie numérique très active, sur le web et les réseaux sociaux", qui constitue, via tous les comptes du ministère des Affaires étrangères et leurs "plus d’un million de followers", "une grande force pour la France", nous indique le porte-parole Romain Nadal. 

Une "forme de maladresse dans l’expression"Le porte-parole du Quai d'Orsay

Et dans cette "diplomatie de réseaux sociaux", Gérard Araud est "l’un de nos virtuoses, l’un de nos ambassadeurs les plus influents, il n’y a aucun doute là-dessus", poursuit le porte-parole, selon qui deux règles régissent la com’ numérique des ambassadeurs :  "liberté" et "responsabilité". En clair, le ministère n'a jamais demandé à un ambassadeur d'effacer un tweet. "Il n’est pas question depuis Paris de dire à un ambassadeur ce qu’il doit écrire, alors qu’il est lui sur le terrain, au plus près", assure Romain Nadal, qui vante la "force de cette communication, spontanée, ultra réactive, pas langue de bois, qui maitrise les codes des réseaux sociaux". Même si "forcément, quand on réagit à chaud comme cela, il y a une prise de risque".


Car le porte-parole reconnaît tout de même une "forme de maladresse dans l’expression" du fameux tweet de la nuit dernière. Mais il plaide la surprise, le séisme, l'inattendu (François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont d'ailleurs eux-mêmes accueilli froidement l'élection de Trump en déclarant qu'elle ouvrait "une période d'incertitude" et qu'elle provoquait "bien des inquiétudes"). "Cette nuit, Gérard Araud a twitté sur le tremblement de terre", dit Romain Nadal. "Il n’y a aucune critique par rapport au peuple américain, ou contre Donald Trump. Il fait juste un constat, comme les journalistes le font depuis ce matin. Comme cela a pu être mal interprété, il a dû décider de retirer son tweet", ajoute le porte-parole. Qui insiste : "S’il n’avait pas de compte Twitter, on dirait que c’est un tocard. Il y est présent, il y est très populaire, avec les risques que cela comporte."

Lire aussi

En vidéo

VIDEO. Résultats élections américaines : revivez heure par heure le déroulé de cette nuit

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter