Un terrible accident de la route fait au moins 73 morts en Afghanistan

Un terrible accident de la route fait au moins 73 morts en Afghanistan

DRAME - Au moins 73 personnes sont mortes dans une collision frontale entre des bus et un camion citerne, dimanche près de Kaboul, la capitale de l’Afghanistan. Des survivants mettent en cause le chauffeur du bus qui “conduisait comme un dingue”.

Un bilan effrayant. Au moins 73 personnes sont mortes, la plupart carbonisées, au cours d’un terrible accident de la route sur l'axe Kandahar-Kaboul dimanche en Afghanistan. Deux bus sont entrés en collision frontale avec un camion-citerne, déclenchant un incendie fatal à de nombreux passagers, et qui a dégagé une âcre fumée noire, a indiqué le ministère de la Santé afghan.

"Le chauffeur conduisait comme un dingue"

Le bilan pourrait encore s’alourdir, des dizaines de personnes blessées, parfois grièvement, ayant été conduites vers les hôpitaux de Kandahar et de Ghazni.

"Notre chauffeur est en faute, il conduisait comme un dingue", a raconté Esmatullah, l'un des rares passagers à n'avoir subi que des blessures superficielles. Beaucoup de chauffeurs de bus, sur cet axe routier qui traverse des zones dangereuses, conduisent de manière imprudente et à très grande vitesse pour éviter tout contact avec les talibans. La zone où a eu lieu ce terrible accident est en effet l'une des régions afghanes les plus durement touchées par la rébellion talibane.

A LIRE AUSSI
>> Afghanistan : le mariage tourne à la fusillade générale, 21 morts
>> Afghanistan : du skateboard pour autonomiser les jeunes filles 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

EN DIRECT - Vaccination contre le Covid-19 : près de 6 millions de doses administrées en France

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

Covid-19 : aux États-Unis, les personnes vaccinées peuvent se réunir sans masque

La vaccination obligatoire des soignants "reste une possibilité", rappelle Gabriel Attal

Lire et commenter