Un terroriste taliban inscrit sur LinkedIn ?

Un terroriste taliban inscrit sur LinkedIn ?

RÉSEAU - Un compte au nom d'Ehsanullah Ehsan, l'un des chefs terroristes talibans les plus recherchés, s'affichait sur le réseau social professionnel LinkedIn. Supprimé par le site, le profil dont les compétences renseignées étaient "journalisme et djihad", aurait pu permettre le recrutement de djihadistes.

Son compte le décrit comme un "auto-entrepreneur", "porte-parole depuis janvier 2010" et affiche 69 contacts professionnels. Selon le site The Telegraph , Ehsanullah Ehsan, "l'un des plus grands chefs terroristes talibans au monde", est très actif sur le réseau social professionnel LinkedIn. Le quotidien britannique estime que l’homme "a utilisé le site de réseautage dans une tentative apparente de recruter des terroristes".

Responsable de la tentative d'assassinat de Malala

Recherché par les autorités pakistanaises, qui ont mis sa tête a prix et fixé la récompense à 1 million de dollars, Ehsanullah Ehsan serait notamment l'un des responsables de la tentative d'assassinat de Malala Yousafzai en octobre 2012. A l’époque porte-parole du groupe taliban Tehreek-i-Taliban Pakistan (TTP), il avait justifié l'attentat contre la jeune militante pour l'éducation des femmes en déclarant : "Elle était pro-Ouest, critiquait les talibans et avait Barack Obama pour idole."

LIRE AUSSI >> Malala Yousafzai prix Nobel de la paix

Sur Internet, il ne cache pas ses activités. Sur LinkedIn, le champ "compétences" comporte notamment les mentions suivantes : "jihad et journalisme". Parmi ses employeurs il cite "TTP Jammat-ul-Ahrar", le nouveau groupe taliban qu'il a fondé l'an dernier. Ehsanullah Ehsan "s'est montré de plus en plus actif sur le réseau ces derniers mois alors que son groupe tentait de s'établir dans la région" et menaçait d'attaquer le Royaume-Uni, note le quotidien britannique. Contacté par The Telegraph, le réseau social estime que le compte est un faux, mais l'a tout de même suspendu.
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Réouverture progressive : quelle pourrait être la situation épidémique mi-mai ?

Lire et commenter