Un vol New York-Paris se pose à Manchester pour respecter le repos du pilote

Un vol New York-Paris se pose à Manchester pour respecter le repos du pilote

DirectLCI
DÉROUTÉ - Les passagers d'un A380 d'Air France, reliant New York à Paris, ont été victimes d'un retour dans la capitale plus que laborieux. Après un retard de six heures au décollage en raison de la neige, l’avion a finalement atterri à Manchester car le pilote avait atteint son quota d’heures.

Les passagers avaient déjà dû attendre 6 heures au décollage dimanche, la neige empêchant le départ de leur avion de la compagnie Air France, bloqué à l'aéroport John-Fitzgerald-Kennedy de New York (Etats-Unis). Pourtant, ce n’était que le début de leur longue aventure pour rentrer à Paris, raconte BFMTV. Car au lieu d'atterrir dans la capitale, comme prévu, le vol AF007 a été dérouté vers Manchester (Royaume-Uni).

C’est le planning surchargé du pilote qui a bouleversé le plan de vol. "Ayant atteint son quota d'heures, il a décidé de poser l'appareil, un A380, à Manchester, en nous disant qu'il allait y avoir la relève d'un autre pilote", a expliqué un passager à la chaîne d'infos. Sauf que personne n’a repris les commandes lors de cette escale imprévue. 

L'UMP Bruno Le Maire à bord

"Tout s'est joué à quelques minutes près", a justifié un porte-parole d'Air France auprès de la chaîne. "Les capacités d'accélération d'un avion sur un vol transatlantique laissaient la possibilité d'arriver de façon très juste à Paris. Ça ne s'est pas produit." Impossible de passer outre le quota d'heures du pilote : ne pas le respecter aurait équivalu à "rouler à 180 km/h sur l'autoroute ou avec deux grammes d'alcool" dans le sang, selon la compagnie.  

Pour les 400 passagers, dont le député UMP Bruno Le Maire, qui revenait des Etats-Unis où il a rencontré le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon, la consternation a été d'autant plus grande que l'avion avait déjà essuyé un long retard au départ. Ils ont dû patienter, le temps qu'Air France affrète trois avions pour les ramener à bon port, parfois après douze heures d'attente.
 

#Libye, #Syrie, #Daech, #Ukraine, #COP21 ... Passionnant échange avec le secrétaire général de l'#ONU, Ban Ki-moon.

Une photo publiée par Bruno Le Maire (@brunolemaire) le

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter