Coronavirus : une Chinoise a-t-elle pris l'avion depuis Wuhan vers la France, malgré une fièvre ?

Coronavirus : une Chinoise a-t-elle pris l'avion depuis Wuhan vers la France, malgré une fièvre ?
International

Toute L'info sur

Coronavirus : la pandémie qui inquiète la planète

A LA LOUPE - Une femme originaire de la ville de Wuhan s'est réjouie sur les réseaux sociaux d'avoir réussi à passer le contrôle sanitaire à l'aéroport et d'être entrée sur le territoire français malgré une fièvre. L'Ambassade de Chine en France a pu retrouver cette ressortissante et entrer en contact avec elle. Les autorités françaises mènent actuellement des investigations.

Mise à jour le 24/01/2020 : Les autorités françaises et chinoises confirment qu'il n’existe aujourd'hui aucun cas de coronavirus en France. Le bilan est aujourd'hui de 844 cas confirmés dont 835 en Chine (34 guéris),  2 au Vietnam, 1 au Singapour, 1 aux Etats-Unis, 1 en Corée du Sud,  3 au Thaïlande (2 guéris), 1 au Japon(guéri).

L'ambassade de Chine en France indique que Mme Yan, la chinoise qui est entrée en France, ne présente plus de symptômes de fièvre ou de toux. "Les services médicaux français lui ont indiqué que sans symptômes de fièvre et de douleur, elle n’a pas besoin de se faire examiner."

Déjà 17 morts et un risque de propagation mondiale. Le coronavirus venu de Chine, un cousin du SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère), inquiète le monde entier. Les autorités chinoises ont confirmé que l'on dénombrait 580 cas, dont 574 en Chine, mais aussi un cas aux Etat-Unis, un en Corée du Sud, trois en Thaïlande et un au Japon.

Le virus n'est pas encore entré sur le territoire français mais certains concitoyens s'inquiètent de l'arrivée à Lyon d'une Chinoise en provenance de Wuhan, une ville du centre de la Chine, aujourd'hui présentée comme l'épicentre de l'épidémie et qui a été mise en quarantaine ce jeudi 23 janvier. 

"Une femme chinoise (...) est actuellement à Lyon et elle est sûrement atteinte du virus", s'inquiète un internaute. "Le peuple veut juste savoir si la Chinoise arrivée à Lyon est traitée dans un espace isolé (et potentiellement ceux et celles qu'elle a pu contaminer)", le rejoint un autre sur le réseau social Twitter. Qui est donc cette femme ? Le risque est-il avéré ? LCI fait le point.

Un message posté sur un réseau social chinois qui suscité de nombreuses craintes

Tout part d'un message sur le réseau Wechat, weixin en chinois, l'équivalent de WhatsApp. Une femme, Mme Yan, y explique qu'elle est parvenue à rallier Lyon, via Paris,  depuis la ville de Wuhan avec ses amies, alors qu'elle présentait une faible fièvre et une toux, soit des symptômes pouvant être provoqués par le coronavirus. Pour échapper au contrôle, elle indique avoir pris des antipyrétiques, des médicaments permettant de faire baisser la fièvre. "Heureusement, elle n'a pas été contrôlée individuellement", explique l'une de ses amis dans un autre post, en publiant une photo d'une chaîne de restauration d'un aéroport parisien.

Mme Yan raconte enjouée qu'elle s'est restaurée à son arrivée dans un restaurant Michelin de Lyon, la ville de la gastronomie française, photos à l'appui.

Un article de Weixin a relayé l'information : "La femme, en compagnie de copines de voyage, ne prend pas l'initiative de déclarer son état et compte sur les médicaments pour abaisser la température en vue de passer le contrôle". Il souligne que les symptômes ne sont pas forcément le signe d'une contamination au conoravirus, mais que cette initiative reste risquée.

Les messages datent du 20 janvier. La mise en quarantaine de la ville de Wuhan est effective depuis ce 23 janvier, 10 heures. Mme Yan a donc pu prendre un vol en amont. Comme elle, des milliers de résidents de cette commune ont "fui" en empruntant les derniers transports disponibles, train, avion, voire à bord de leurs voitures. 

Les médias locaux indiquent d'ailleurs que l'expression "Escape From Wuhan", soit s'échapper de Wuhan, est devenu l'un des mots clés les plus recherchés sur le moteur de recherche Weibo.

Alertée par ses concitoyens résidant en France, l'ambassade de Chine en France a pris l'initiative de rentrer en contact avec Mme Yan. "Nous lui avons téléphoné hier soir (le 22 janvier, ndlr), nous explique-t-on. Nous lui avons demandé de prendre rapidement contact avec le 15, car c'est la recommandation des autorités françaises" en cas de suspicion. D'un ton très apaisé, l'ambassade nous assure rester en contact avec Mme Yan et tiendra informé de l'évolution de la situation.

"Les voyageurs qui reviennent de Chine, quel que soit leur trajet, reçoivent une information sur la conduite à tenir en cas de température, avait indiqué mardi  la ministre de la Santé. Il leur est demandé, s'ils se sentent fébriles et s'ils se sentent mal, de ne pas se rendre aux urgences, de ne pas aller chez un médecin, mais d'appeler le centre 15."

Lors d'une conférence de presse ce 23 janvier, Agnès Buzyn a indiqué qu'il n'y avait actuellement "pas de cas douteux" en France. Mme Yan fait l'objet d'investigations de la part de ses services. Jusqu'à maintenant, "il y a eu deux cas investigués qui se sont révélés négatifs". 

La ministre de la Santé a par ailleurs annoncé qu'un "test diagnostic rapide" avait pu être mis au point "en un temps record" à partir de la séquence du virus publié par la Chine. "Si nous avons une suspicion de cas sur le territoire, nous pouvons savoir en quelques heures si la personne est réellement malade ou si elle est attente par un autre virus comme la grippe", a-t-elle expliqué. Le cas de Mme Yan devrait donc être examiné rapidement.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent