Une proche conseillère de Donald Trump révèle avoir été victime d'agression sexuelle

Une proche conseillère de Donald Trump révèle avoir été victime d'agression sexuelle

International
DirectLCI
AGRESSION SEXUELLE - Kellyanne Conway, conseillère spéciale de Donald Trump, a réitéré son soutien au juge fédéral Brett Kavanaugh, accusé d'agression sexuelle par une universitaire pour des faits remontant à 36 ans, après avoir elle-même dévoilé être une victime.

Une conseillère de Donald Trump victime d'agression sexuelle. Kellyanne Conway a révélé ce dimanche avoir subi une agression sexuelle et a estimé que les femmes qui en ont été victimes devaient être entendues... tout en défendant la candidature de Brett Kavanaugh à la plus haute cour des Etats-Unis. Le juge fédéral a été choisi par le président pour siéger à la Cour suprême, malgré les accusations qui pèsent sur ses épaules. "Franchement, je me sens très solidaire des victimes d'agressions sexuelles, de harcèlement sexuel et de viol. Je suis une victime d'agression sexuelle", a déclaré Kellyanne Conway sur CNN.


Christine Blasey Ford, l'un des accusatrices de Brett Kavanaugh, a été entendue jeudi par la commission judiciaire du Sénat. Le juge, interrogé ensuite, a nié catégoriquement. L'universitaire l'accuse pour des faits d'agressions sexuelles survenus il y a 36 ans.

En vidéo

Discours de Brett Kavanaugh après sa nomination à la Cour suprême

Le témoignage de Christine Blasey Ford a incité d'autres victimes d'agressions sexuelles à sortir de leur silence. Pour Kellyanne Conway, ce n'est pas aux partisans républicains du juge Kavanaugh qu'elles doivent en vouloir, mais à leurs agresseurs. "Il ne s'agit pas d'une réunion du mouvement Me Too. C'est de la pure politique partisane", a-t-elle déploré.

Donald Trump a ordonné l'ouverture d'une enquête du FBI sur son candidat, repoussant de fait le vote de confirmation. Les investigations seront "limitées aux accusations plausibles" portées contre le juge conservateur, a annoncé la commission judiciaire du Sénat, et ne devront pas prendre plus d'une semaine. Trump a par ailleurs à nouveau assuré Kavanaugh de son soutien, affirmant n'avoir pas pensé même un instant à un remplaçant pour le poste. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter