Une militante soupçonnée d'avoir voulu vendre aux Russes l'ordinateur de Nancy Pelosi

Le bureau de la sénatrice démocrate Nancy Pelosi.

ETATS-UNIS - Une américaine de 22 ans, soupçonnée d’avoir voulu vendre aux renseignements russes l’ordinateur dérobé de la sénatrice Nancy Pelosi, a été arrêtée lundi soir par la police

Dans une vidéo devenue rapidement virale, Riley June Williams apparaît en train de quitter précipitamment le Capitole, avec l’ordinateur portable de la sénatrice Nancy Pelosi sous le bras, dissimulé dans un sac. Cette militante pro-Trump de 22 ans avait pris part aux émeutes du 6 janvier à Washington. Après s'être introduite dans l'enceinte du bâtiment, elle en avait profité pour dérober l'appareil dans le bureau de la présidente de la Chambre des représentants. La jeune femme est soupçonnée d'avoir voulu, sans y parvenir, vendre aux renseignements russes le disque dur et les informations qui s'y trouvent.

Toute l'info sur

Le Capitole envahi par des partisans de Donald Trump

Le quotidien américain The Washington Post rapportait lundi soir que le FBI a procédé à son arrestation à Harrisburg, la capitale de l'État de Pennsylvanie. Sur des images diffusées par la chaîne britannique ITV, on aperçoit cette fois la militante pro-Trump enjoignant à la foule de se rendre à l'étage du bâtiment. Un témoin anonyme, interrogé par les autorités fédérales, affirme avoir vu d'autres vidéos dans lesquelles Riley June Williams se saisit d'un ordinateur dans le bureau de la sénatrice. Le chef de cabinet adjoint de la présidente de la Chambre, Drew Hammill, avait confirmé le 8 janvier le vol d'un ordinateur. Il avait ensuite précisé que l'appareil "n'était utilisé que pour des présentations".

Elle prévoyait d'envoyer l'appareil à un contact en Russie

Selon ce même témoin cité dans l'acte d'accusation, qui se présente comme un ancien petit ami de la jeune femme, Riley June Williams avait prévu d'envoyer le matériel à un contact en Russie afin qu'il le vende aux services de renseignements extérieurs russes (SVR). L'opération aurait finalement capoté, pour des raisons non précisées. Un mandat d'arrêt a été émis à l'encontre de la militante pro-Trump, dont la mère a indiqué à un journaliste d'ITV qu'elle avait quitté subitement le domicile familial, emportant avec elle un sac d'affaires. La fugitive avait changé son numéro de téléphone et avait également supprimé un certain nombre de ses comptes sur les réseaux sociaux, selon le FBI cité par les médias américains.

Lire aussi

Sollicité par l'AFP, le bureau du procureur fédéral de Washington s'est refusé à donner plus de détails dans l'immédiat. L'acte d'accusation n'a pour l'instant retenu contre Riley Williams que les chefs d'effraction et de trouble à l'ordre public, mais pas de vol. Près de 70 personnes ont déjà été inculpées suite aux événements du 6 janvier, selon le ministère américain de la Justice. Les autorités ont encore procédé dimanche à une série d'interpellations en lien avec ces inculpations. Les chefs d'inculpation vont d'effraction à port d'armes prohibé en passant par trouble à l'ordre public et agression d'agents de la force publique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Paris : Anne Hidalgo opposée à un confinement le week-end, une mesure "inhumaine"

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : Gérald Darmanin témoigne de son "soutien amical" à Nicolas Sarkozy

VIDEO - Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Covid-19 : Moselle, Haute-Garonne, Nice... Les mesures de restrictions locales se multiplient

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Lire et commenter