Une ONG dénonce la maltraitance des jeunes veaux pendant leur transport

International
SOUFFRANCE ANIMALE – Des trajets de plus de 40 heures sans eau ni nourriture, sans la place pour se tenir droit ni se coucher. Une enquête accablante d'une ONG de défense des animaux dévoile le supplice vécu par les jeunes veaux laitiers lors de leur transport entre pays européens.

Une enquête de la Compassion in World Farming (CIWF) France, l'entité française d'une ONG internationale dédiée au bien-être des animaux de ferme, vient de dévoiler les conditions indignes dans lesquelles les jeunes veaux sont transportés, d'un pays européen à l'autre. Des conditions qui s’apparentent clairement à de la maltraitance animale.

Publiée le 17 août et réalisée à partir d'extraits filmés par deux associations allemandes (AWF et TSB), la vidéo, tournée entre 2014 et 2016, montre des images très difficiles, dans une dizaine de camions convoyant les animaux, depuis les élevages laitiers et les marchés aux bestiaux jusqu’aux centres d’engraissement.

Jusqu'à 3000 km sans eau ni nourriture

Pendant toute la durée du trajet, qui peut durer jusqu’à 40 heures et atteindre 3000 km, on aperçoit des veaux non sevrés, âgés de seulement dix jours, qui ne sont ni nourris ni hydratés, entassés sans pouvoir ni se tenir droit ni se coucher. Le tout "par des températures en-dessous de 0° ou dans des chaleurs extrêmes". Certains sont frappés lors des déchargements. Dans ces conditions, nombre de veaux tombent malades, et les plus faibles meurent avant d’être arrivés à destination.

L'ONG exhorte donc l'industrie laitière à appliquer l' article 3 du règlement européen qui stipule que "nul ne transporte ou ne fait transporter des animaux dans des conditions telles qu'ils risquent d'être blessés ou de subir des souffrances inutiles". Ce texte impose un voyage dont la durée "ne doit pas dépasser huit heures". 

La France, au deuxième rang européen des pays exportateurs

Si des dérogations sont possibles, les besoins élémentaires des animaux doivent être satisfaits. Dans le cas de ces petits veaux, ils doivent être alimentés avec du lait ou un substitut de lait. Or, selon l’ONG, ces conditions ne sont jamais remplies. Le CIWF demande donc l’interdiction pure et simple de leur transport sur de longues distances.

Depuis la diffusion de leur vidéo, plus de 16.000 personnes auraient déjà écrit au ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll pour réclamer une loi portant interdiction du transport longue distance de ces animaux, et de le limiter à huit heures, selon l'ONG. En 2015, un peu plus de 1,3 million de jeunes veaux ont circulé entre les pays européens. La France se classe au deuxième rang des pays exportateurs. Selon les derniers chiffres de l’établissement public FranceAgriMer, l’Hexagone a exporté, en 2015, 152.700 petits veaux (13,9 % de plus qu’en 2014), principalement en Espagne.

A LIRE AUSSI
>>  Actes de cruauté sur des animaux : le maire d'Alès ordonne la fermeture de l'abattoir
>> Quatre petits cochons échappent de justesse à l'abattoir

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter