"Urbi et Orbi" : le pape François condamne la "persécution brutale" des minorités

"Urbi et Orbi" : le pape François condamne la "persécution brutale" des minorités

NOËL – Le pape François a mis l'accent sur les violences fondamentalises jeudi au cours de son message "Urbi et Orbi". Il avait déjà fait de même un peu plus tôt lors de la messe de Noël.

Les violences religieuses fondamentalistes n'ont pas leur place. Telles sont en substance les déclarations tenues par le pape François jeudi dans son message "Urbi et Orbi". A l'occasion de son appel traditionnel de Noël, le souverain pontife a exigé la fin de "la persécution brutale" des "groupes ethniques et religieux" en Irak et Syrie et déploré que "trop de personnes soient tenues en otages ou massacrées" au Nigeria.

Le pape François a par ailleurs regretté que "trop d'enfants soient victimes de violences et de trafics", notamment ceux tués récemment dans une école au Pakistan, à Peshawar. 

LIRE AUSSI : >> Cuba-Etats-Unis : quel rôle a joué le pape François ?

"Tendresse" et "douceur" face aux situations "les plus dures"

Un peu plus tôt mercredi, le Pape François avait célébré sa deuxième messe de Noël au Vatican devant quelque 5.000 fidèles rassemblés dans la basilique Saint-Pierre, alors que les chrétiens d’Orient fêtent cette année la naissance du Christ au milieu des violences. Face aux situations "les plus dures", il avait demandé de répondre par la "tendresse" et la "douceur".

Dans son homélie, le pape argentin avait invité les 1,2 milliard de catholiques à ne pas céder à la colère dans leur vie, et à montrer de l'empathie pour les personnes en difficulté. "Seigneur, donne-moi la grâce de la tendresse dans les circonstances les plus dures de la vie, donne-moi la grâce de la proximité face à toute nécessité, de la douceur dans n'importe quel conflit", avait lancé aux fidèles du monde entier Jorge Bergoglio, 78 ans.

"Chers frères, je suis proche de vous"

Entré en procession dans la basilique au son traditionnel de la "Kalenda", chant grégorien annonçant la nativité du Christ, le Pape avait enlevé un drap qui voilait une statuette de l'enfant Jésus que portaient deux enfants syrien et libanais. C'est plus tard à genoux, prostré, qu'il avait écouté l' "Et incarnatus est" ("Et il s'est fait chair") de la Messe en do mineur de Wolfgang Amadeus Mozart.

Ce Noël est particulièrement difficile pour les 150.000 chrétiens déplacés d'Irak, où des djihadistes multiplient les exactions, s'en prenant notamment aux minorités religieuses. Juste avant la messe de Noël, le pape François avait téléphoné mercredi après-midi à des réfugiés irakiens au Kurdistan. "Chers frères, je suis proche de vous, très proche de tout mon cœur. Dieu vous donne les caresses de sa tendresse", leur avait-il dit.
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le pass vaccinal remplace le pass sanitaire : tout ce qu'il faut savoir ce lundi

EN DIRECT - Covid-19 : contaminations et hospitalisations en hausse avant l'entrée en vigueur du pass vaccinal

Covid-19 : comment transformer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

Disparition de Jean-Jacques Savin : la marine portugaise indique n'avoir pas retrouvé le corps de l'aventurier

VIDÉO - Valérie Pécresse sur TF1 : "Je veux que 95% des Français ne payent plus de droits de succession"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.