Vaccin contre le Covid-19 : combien d'essais cliniques en sont à la phase 3 ?

L'annonce faite ce mardi par Vladimir Poutine a surpris tout le monde. Il a affirmé que la Russie a développé un vaccin opérationnel contre la Covid-19. Mais la communauté scientifique est sceptique.
International

RECHERCHES - Si leur vaccin Spoutnik V obtient l'homologation de l'Organisation mondiale de la Santé, les Russes décrocheront la première place dans la course au vaccin contre le Covid-19. Mais quelles autres équipes pourraient se placer juste derrière, voire les devancer ?

Le premier vaccin contre le Covid-19 serait enfin sur le marché. En annonçant mardi avoir développé le baptisé Spoutnik V, la Russie s'est placée en tête de la course au vaccin, compétition planétaire aux enjeux financiers considérables. Mais les affirmations de Vladimir Poutine font de nombreux sceptiques. 

Le ministère allemand de la Santé, notamment, a émis des doutes sur "la qualité, l'efficacité et la sécurité" de ce vaccin, disant manquer de "données officielles" et publiques sur la découverte. Des immunologues dénoncent aussi un "effet d'annonce" plus qu'une véritable avancée. 

Lire aussi

Actuellement 26 "candidats vaccins" dans le monde

Dans son dernier point, daté du 31 juillet, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) recense 26 "candidats vaccins" évalués dans des essais cliniques sur l'homme. La liste s'est bien étoffée au début de l'été puisqu'ils étaient seulement 11 à la mi-juin. La plupart en sont encore à la "phase 1", qui vise avant tout à évaluer la sécurité du produit, ou à la "phase 2", à laquelle on commence à explorer la question de l'efficacité. Dans la base de données de l'OMS, le vaccin russe, développé par le Centre de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa, avec le ministère russe de la Défense, est toujours listé en phase 1. 

Après l'annonce de Vladimir Poutine, l'OMS a averti que l'homologation d'un vaccin exigeait des procédures "rigoureuses", comprenant l'examen et l'évaluation de toutes les données de sécurité et d'efficacité requises recueillies lors d'essais cliniques. Dans l'attente des résultats, il convient de se poser la question : si ce vaccin ne répondait pas aux exigences nécessaires à son homologation, vers quels autres pays faudrait-il se tourner pour espérer une meilleure solution contre le Sars-Cov-2 ? 

Seulement 5 essais répertoriés en phase 3

Seulement cinq essais cliniques sont au stade le plus avancé, soit la "phase 3", où l'efficacité est mesurée sur des milliers de volontaires. Il s'agit du vaccin développé par la société allemande BioNTech en partenariat avec le laboratoire américain Pfizer. De celui de la biotech américaine Moderna. De ceux des laboratoires chinois Sinopharm et Sinovac. Ainsi que le projet mené par l'Université d'Oxford en coopération avec le groupe pharmaceutique britannique AstraZeneca et la société chinoise CanSino.

Si tous les vaccins ont pour but de déclencher une réponse immunitaire contre le Sars-Cov-2, différentes méthodes sont à l'étude. Toutes les équipes chinoises travaillent sur des vaccins classiques utilisant le virus "inactivé" ou "atténué". L'Université d'Oxford se concentre sur une méthode plus innovante : utiliser un autre virus génétiquement adapté pour combattre le Covid-19 comme support. Le projet de Moderna, enfin, est basé sur un vaccin "à ADN" ou "à ARN", où seulement une partie du virus est isolée et inoculée pour déclencher la réponse immunitaire.

Toute l'info sur

Covid-19 : vaccin, traitements... Où en est la recherche ?

Le fonds souverain russe impliqué dans le développement de Spoutnik V assure néanmoins que la phase 3 des essais cliniques débutera ce mercredi 12 août. Et selon les autorités médicales du pays, les enseignants et le personnel médical commenceront à être vaccinés dès le mois d'août, avant une mise en circulation le 1er janvier 2021 pour toute la population.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent