Dans quels pays la vaccination est-elle obligatoire ?

Dans quels pays la vaccination est-elle obligatoire ?

TOUR D’HORIZON - Alors qu'Emmanuel Macron a annoncé lundi l'obligation vaccinale pour les soignants, plusieurs pays ont déjà sauté le pas à l'échelle nationale ou locale.

Après plusieurs semaines de tergiversations et de consultations, l'exécutif a sauté le pas. Dans son allocution, lundi 12 juillet Emmanuel Macron a annoncé que la vaccination contre le Covid allait devenir obligatoire pour les soignants et les personnels au contact des personnes fragiles. 

 À l’étranger, des pays ont déjà sauté le pas de l'obligation au niveau national ou local. Tandis que certains y pensent, d’autres ont simplement instauré des traitements avantageux pour les personnes vaccinées, ce qui revient à rendre la vaccination quasiment obligatoire.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Là où c’est obligatoire

Le Tadjikistan : un décret gouvernemental a été publié, obligeant tous les citoyens de plus de 18 ans à se faire vacciner. Cependant, ce document officiel ne précise pas dans quelles conditions cette obligation va être appliquée. 

Le Turkménistan : ce pays d'Asie centrale est l'un des seuls à n'avoir déclaré aucun cas de Covid-19. Le 7 juillet, il a annoncé qu'il rendait la vaccination obligatoire pour "toutes les personnes de plus de 18 ans sans contre-indications médicales". 

Le Vatican : une note datant du 8 février a rendu obligatoire le vaccin pour les habitants du plus petit État au monde, dont le nombre est estimé entre 800 et 900 personnes. Cette obligation concerne également les employés qui y travaillent. Pour les récalcitrants, les sanctions peuvent aller théoriquement jusqu'au licenciement.

Lire aussi

Des obligations vaccinales ciblées

L’Italie : début avril, le pays a rendu la vaccination contre le covid obligatoire pour le personnel médical, devenant le premier d’Europe à prendre une telle mesure. Depuis ce décret, les soignants s’y opposant sans motif de santé valable risquent une suspension sans salaire. Cette obligation a été attaquée en justice par 300 soignants italiens et une audience est prévue le 14 juillet. À ce jour, 59,3% des Italiens ont reçu au moins une dose de vaccin contre le covid. 

Le Royaume-Uni : en proie à une montée des contaminations dues au variant Delta et forcé de ralentir le déconfinement, le pays prévoyait d’imposer la vaccination aux personnels des Ehpad au mois d’octobre prochain. Finalement, le gouvernement a annoncé le 16 juin qu'il allait rendre obligatoire la vaccination complète pour toutes les personnes travaillant dans les maisons de retraite anglaises, y compris le personnel non-médical comme les coiffeurs, esthéticiennes et bénévoles. Ils auront jusqu'à octobre pour être complètement vaccinés s'ils veulent continuer à y travailler. La mesure doit encore être approuvée par le Parlement.

La Grèce : le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a annoncé le 12 juillet que la vaccination deviendra obligatoire pour le personnel des maisons de retraite au plus tard le 16 août et pour les soignants à partir du 1er septembre.

Le Kazakhstan : le gouvernement de ce pays d’Asie centrale a instauré jeudi 2 juillet une obligation vaccinale pour la plupart des employés ayant des contacts avec d’autres personnes. Ainsi, après l’apparition du variant Delta dans le pays, un décret a été pris visant les salariés de nombreux secteurs, allant des services aux banques et au divertissement. Ceux qui refuseraient une première dose avant le 15 juillet et une seconde avant le 15 août devront stopper tout contact avec les clients ou un éventuel public.

Les Fidji : l'archipel du Pacifique a rendu obligatoire la vaccination des employés du public comme du privé. Les fonctionnaires devront prendre des congés s'ils n'ont pas reçu leur première injection au 15 août et risquent d'être renvoyés si la deuxième ne leur est pas administrée avant le 1er novembre. Dans le privé, les employés devront avoir reçu leur première dose au 1er août.

Là où c’est localisé

Les États-Unis : dans le pays le plus endeuillé au monde, des experts appellent à rendre la vaccination obligatoire. L’administration Biden s’y étant opposée, la mesure ne devrait pas intervenir au niveau fédéral mais des États, des villes ou des sociétés privées pourraient contraindre leurs habitants à se protéger contre le Covid. San Francisco a par exemple imposé le vaccin aux employés, tout comme plus de 500 universités à leurs étudiants. Tandis que le variant Delta y est désormais dominant, représentant 51,7% des nouveaux cas, 33% des adultes n’ont pas encore reçu au moins une dose de vaccin et 13% d’entre eux n’ont pas l’intention de le faire, selon des enquêtes de terrain.

La Russie : alors que le pays subit une troisième vague brutale due au variant Delta et égrène les records quotidiens de mortalité, Vladimir Poutine a nécessairement été interrogé sur l’obligation vaccinale, mercredi 30 juin lors de son rendez-vous annuel à la télévision. Répondant aux questions des téléspectateurs, le président s’est opposé à une mesure nationale mais a approuvé l’autonomie des régions sur ce dossier. Comme Moscou, qui a récemment décidé de mettre en place cette obligation vaccinale "pour certaines catégories de citoyens", tels que les employés de services à la personne ou les publics à risque. Ainsi, il revient à de nombreuses entreprises moscovites de convaincre plus de 60% de leurs salariés de se faire vacciner d’ici au 15 août, sans quoi elles risquent une amende. D'autres entités locales, dont Saint-Pétersbourg, ont également pris des mesures similaires.

Là où c’est en débat

L’Espagne : si le pays n’a pas rendu le vaccin obligatoire, des mesures locales ont été prises depuis le début de cette crise. Cela a failli être le cas dans la région de Galice, au Nord, où les autorités ont commencé en février à sanctionner d’une amende les habitants éligibles à la vaccination qui la refuseraient. En avril, la cour constitutionnelle espagnole a en fin de compte retoqué la mesure, y voyant une "limitation des droits fondamentaux". Une suspension qui doit durer jusqu’au mois d’août, période durant laquelle les juges devront étudier le recours sur le fond et rendre leur décision finale. Au 29 juin, l’Espagne comptabilise 54,2% de primo-vaccinés, selon les autorités de santé.

Là où c’est insidieux

Israël : le pays a été le premier à instaurer un passeport vaccinal donnant de larges avantages dans la vie quotidienne. Ceux ayant été totalement vaccinés et pouvant disposer du précieux sésame vert ont alors pu accéder dès le mois de mars aux rencontres sportives, aux concerts ou à l’intérieur des restaurants. En revanche, les lieux ouverts à tous restent nombreux, comme les centres commerciaux, les bibliothèques, les musées ou les cafés.

Les Émirats arabes unis : là-bas aussi, les autorités ont opté pour un traitement différencié. Dès la fin août, sa capitale Abou Dhabi réservera la plupart des lieux publics aux personnes vaccinées contre le covid. Une mesure qui concernera les écoles, les musées, les centres commerciaux, les restaurants ou encore les salles de sport. Les supermarchés et les pharmacies seront encore ouverts à tous, sans distinction.

L’Arabie Saoudite : toujours dans le Golfe Persique, le royaume a acté pour le 1er août prochain la vaccination comme condition d’entrée dans les établissements publics comme privés et les transports. Ce qui revient à faire de la vaccination une option quasiment indispensable.

Le Pakistan : depuis le 1er juillet, la province du Baloutchistan, dans le sud-ouest du Pakistan, interdit aux personnes non vaccinées d'entrer dans les services publics, les parcs, les centres commerciaux et les transports en commun. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Prix des carburants : une indemnité "classe moyenne" de 100 euros pour 38 millions de Français

EXCLUSIF - Affaire Maëlys : des invités du mariage où Nordahl Lelandais a enlevé la fillette témoignent

EN DIRECT - Covid-19 : encore plus de 6000 cas ce jeudi, le nombre de patients hospitalisés en légère baisse

"Indemnité inflation" : à qui va-t-elle s'adresser, quel montant et quand sera-t-elle versée ?

François Hollande réagit sur "l'indemnité inflation" du gouvernement : "C'est un bon mécanisme pour quelques mois"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.