Venezuela : l'opposante au régime Lilian Tintori, bloquée dans son pays, "attendue" en Europe par Macron

Venezuela : l'opposante au régime Lilian Tintori, bloquée dans son pays, "attendue" en Europe par Macron

OPPOSITION - L'épouse du leader du parti d'opposition Voluntad Popular est attendue en Europe en compagnie de Julio Borges, président du Parlement vénézuélien. Problème : elle n'est plus autorisée à quitter le pays.

Lilian Tintori était "attendue" par Emmanuel Macron à Paris en ce début du mois de septembre. L'épouse de Leopoldo Lopez, opposant véhément et historique au régime vénézuélien de Nicolas Maduro, devait se rendre en Europe aux côtés de Julio Borges, président du Parlement vénézuélien et lui aussi opposant au président Nicolas Maduro. Cependant, comme elle l'a écrit sur son compte Twitter samedi, il lui est désormais interdit de quitter le pays. "La dictature tente d'empêcher que nous fassions une importante tournée internationale". 

L'opposante de 39 ans est issue d'une famille argentine ayant fui la dictature de Jorge Videla. Après s'être fait un nom en tant que star de la télévision vénézuélienne, elle a épousé Leopoldo Lopez en 2007. Elle est une militante des droits de l'Homme dans son pays depuis 2014, après l'arrestation de son époux en marge de violentes protestations dont il était accusé d'être à l'origine. C'est à ce moment qu'elle est apparue sur le radar du gouvernement vénézuélien qui l'accuse régulièrement de "graves délits de corruption".  

Lire aussi

Les interdictions émises par le gouvernement de Nicolas Maduro n'intimident pas Lilian Tintori. Cette dernière a l'intention de maintenir ses déplacements. Selon l'AFP, l'agenda officiel du chef de gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, fait bel et bien état d'une rencontre prévue le 5 septembre prochain. Le président français a d'ailleurs réaffirmé son soutien à l'opposante vénézuélienne sur son compte Twitter. "Nous attendons Lilian Tintori en Europe. L'opposition vénézuélienne doit rester libre", a ainsi écrit Emmanuel Macron, quelques heures après le tweet initial de la militante. Mariana Rajoy a également condamné les tentatives du gouvernement de Nicolas Maduro d'empêcher Lilian Tintori de quitter le pays.

Julio Borges se trouve en Europe ces jours-ci pour des rencontres avec quatre chefs d'Etat et de gouvernement, ont annoncé ses services dimanche. Un communiqué de presse publié à Caracas déclare que le président du Parlement vénézuélien va rencontrer successivement le président français et les chefs des gouvernements espagnol, allemand et britannique pour discuter de la crise au Venezuela. "La première réunion qu'aura M. Borges sera lundi avec le président français Emmanuel Macron. Mardi, il se rendra à Madrid pour rencontrer le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy", indique le communiqué. Mercredi, Julio Borges sera reçu à Berlin par la chancelière Angela Merkel, et "finalement il ira à Londres où il aura un important entretien privé avec la Première ministre" Theresa May, toujours selon le document.

Le texte ne précise pas quand l'homme politique a quitté le Venezuela pour se rendre en Europe et dans quel pays il se trouve actuellement. Julio Borges, qui préside la seule institution vénézuélienne contrôlée par l'opposition, a l'intention d'exposer aux dirigeants européens qu'il doit rencontrer "la nécessité d'ouvrir l'aide humanitaire au Venezuela et l'urgence de parvenir à une solution pacifique à la crise sociale et institutionnelle" que connaît le pays, indique le communiqué. Le président socialiste Nicolas Maduro, très impopulaire selon les sondages, vient d'être confronté pendant quatre mois à des manifestations en faveur de sa démission au cours desquelles au moins 125 personnes ont été tuées. 

La crise politique vénézuélienne s'est encore approfondie avec l'élection, voulue par Nicolas Maduro, d'une Assemblée constituante contrôlée par le pouvoir, dotée de pouvoirs presque illimités et qui s'est notamment arrogé les prérogatives du Parlement. Les pays européens qui figurent dans la tournée de Julio Borges ont critiqué la mise en place de l'Assemblée constituante vénézuélienne, comme l'ont fait une dizaine de pays d'Amérique latine, les Etats-Unis et l'Union européenne. Emmanuel Macron a dernièrement qualifié de "dictature" le pouvoir du président Maduro.

 

Lire aussi

En vidéo

Crise au Venezuela : une partie de l'armée se rebelle

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages : 10 départements en vigilance, risque de "phénomène violent"

REVIVEZ - Jim Bauer, Marghe, Mentissa Aziza et Cyprien qualifiés pour la finale de "The Voice"

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Jérusalem : plus de 230 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne en deux jours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.