Gare à ces affiches retouchées qui font le lien entre Brexit et pénuries dans les supermarchés

Cet écriteau a été modifié par ordinateur afin de s'en prendre aux défenseurs du Brexit.

ACCUSATIONS - Au Royaume-Uni, des pénuries de produits sont régulièrement observées dans des supermarchés. Méfiance, toutefois : les images d'écriteaux qui circulent en ligne et qui pointent du doigt les pro-Brexit sont des faux.

Des rayons presque vides, où ne subsistent que quelques produits. Des images qui ont circulé assez massivement au cours des dernières semaines et qui nous viennent tout droit de Grande-Bretagne. Sur les réseaux sociaux, ces clichés de pénuries ont été très commentés, notamment certains sur lesquels on peut lire des messages supposément écrits par les enseignes de grande distribution.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Devant des étals restés vides, plusieurs photos montrent des panneaux d'information rédigés en anglais, visiblement placés là par les enseignes de grande distribution. On peut notamment lire des messages assez vindicatifs : "Veuillez nous excuser pour le choix retreint de produits à l'heure actuelle, cela fait suite au vote qui a consisté à dire aux Européens d'aller se faire f****e et de retourner dans leurs pays respectifs". Un écriteau qui se termine par un cinglant : "Vous êtes content, maintenant ?" Si des pénuries sont bien observées outre-Manche et que le Brexit n'y est pas étranger, il faut toutefois se méfier. Ces images sont en effet retouchées, les originaux ne faisant pas mention de la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Des images retouchées qui circulent depuis cet été

Des outils de recherche inversée permettent rapidement d'identifier qu'il s'agit de photos ayant subi de retouches par ordinateur. Outre le fait qu'il apparaît très peu probable qu'une enseigne s'en prenne ainsi à une partie de ses clients, on peut remettre la main sur les clichés originaux, montrant le message réellement rédigé sur ces panneaux d'infirmation. 

Des versions antérieures et non modifiée de cette image permettent d'observer qu'elle date a minima de la mi-août. Si le supermarché s'excuse du choix limité dans ses rayons, elle l'attribue à "des difficultés d'approvisionnement à l'échelle entière du pays". Et ne mentionne pas le Brexit à travers ce message. 

L'entreprise en question, Co-op, a confirmé au média espagnol Newtral qu'il s'agissait d'images retouchées. Au cours des dernières semaines, plusieurs versions ont surgi en ligne, connaissant un grand succès sur les réseaux sociaux. Une manière pour les opposants au  Brexit de viser les partisans d'une sortie de l'UE, et de pointer ce qu'ils présentent comme les conséquences désastreuses de ce choix.

Le Brexit et la pandémie de coronavirus, à l'origine des pénuries

À quoi attribuer ces pénuries ? Dès le début septembre, TF1 se penchait sur la question, indiquant que le pays se voyait "confronté depuis des semaines à une pénurie inédite de chauffeurs routiers, provoquée par un exode d'Européens". Une désertion qui résultait elle-même "du Brexit et de la pandémie de coronavirus". Faute de main d'œuvre, les marchandises ne peuvent être acheminés jusque dans les commerces, ce qui conduit à des réapprovisionnements difficiles et à des rayons non pourvus. "Je n'avais jamais observé de telles pénuries", expliquait fin août un dirigeant de Co-op dans les médias britanniques.

Outre-Manche, on craint désormais que les fêtes de Noël soient perturbées. Le gouvernement a annoncé qu'il allait faire légèrement évoluer sa politique migratoire, renforcée après le Brexit, et qu'il comptait accorder jusqu’à 10.500 visas de travail provisoires. Le Premier ministre Boris Johnson a laissé entendre que davantage de ces permis temporaires pourraient être délivrés, sans pour autant évoquer un retour en arrière. "Ce que nous ne pouvons pas faire [...], c’est simplement retourner au vieux modèle fatigué et déficient, et recourir au levier de l’immigration incontrôlée", a-t-il lancé. Évoquant plutôt une "période d’ajustement".

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sous Twitter :  notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le permis à points est-il sans effet sur la mortalité routière ?

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Texas : trois enfants abandonnés dans une "maison de l'horreur" avec le cadavre de leur frère

Ces propositions qu'Eric Zemmour emprunte au programme 2017 de François Fillon

Femme de ménage, j’ai plusieurs employeurs, lequel va me verser la prime de 100 euros ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.