Des migrants otages des rivalités en Europe

Des migrants otages des rivalités en Europe

Dans son bras de fer avec l'Union européenne, le président biélorusse Loukachenko incite les candidats à l'exil à passer en Europe pour déstabiliser les démocraties qui le pointent régulièrement du doigt.

C'est une quête désespérée. Celle d'un père de famille à la recherche des siens. Chaque jour, il affiche leurs portraits en espérant avoir des nouvelles. Un petit-fils, une femme et une fille qu'il a décidés de faire venir en Europe. Mais pour l'instant, ils sont perdus en pleine forêt entre la Biélorussie et la Pologne. Sa famille est prise au piège par une crise qui la dépasse. Celle qui oppose l'Europe au Biélorusse Loukachenko.

Toute l'info sur

Le WE

L'immigration clandestine est donc devenue une arme politique de la Biélorussie. Pour cause, une nouvelle route migratoire a été créée de toutes pièces par Loukachenko pour se venger des sanctions européennes prises après sa réélection contestée. Mais la plupart des migrants sont perdus en pleine forêt et ils ne sont pas franchement les bienvenus en Pologne. Tous ceux qui approchent de la frontière reçoivent ce texto destiné aux migrants. "La zone est surveillée, les autorités biélorusses vous ont menti. Retournez à Minsk".

Chaque jour, près de 600 personnes tentent leur chance. Mais encore faut-il franchir les barbelés. Une fois arrivés en Europe, ces exilés vont devoir faire face à une décision radicale de Varsovie. Depuis le 28 août dernier, la Pologne a décrété l'État d'urgence et érigé une zone d'exclusion qui court tout le long de la frontière avec la Biélorussie. Il est impossible pour les ONG et les journalistes d'y accéder. Les migrants sont refoulés dans la forêt biélorusse, une procédure légalisée par la Pologne mais totalement contraire aux règles européennes. Depuis le début de la crise, neuf migrants sont déjà morts dans ces forêts.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

Escroquerie à la carte bancaire : clap de fin pour les rois de l’arnaque du "allo"

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Emeutes en Martinique : un cap franchi dans la violence

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.