VIDÉO - "J’aimerais revenir en France" : le témoignage rare d’un djihadiste français capturé à Raqqa

VIDÉO - "J’aimerais revenir en France" : le témoignage rare d’un djihadiste français capturé à Raqqa

SYRIE - Il a été fait prisonnier à Raqqa, capitale syrienne de Daech libérée par les combattants kurdes et arabes il y a 12 jours. Ce djihadiste français, ancien professeur de langues, raconte son expérience dans les rangs du groupe Etat islamique.

Il y encore quelques semaines, Hocine "travaillait" pour le groupe Etat islamique, en perdition. C'était avant qu'il se fasse capturer à Raqqa par les forces kurdes qui ont libéré la ville. Ce djihadiste français, ancien professeur de languesau chômage en banlieue parisiennne, a tout quitté en 2015 pour rejoindre les rangs de Daech à Raqqa.

Toute l'info sur

L’assaut de Raqqa, "capitale" de Daech

Lire aussi

"Je ne dis pas que je suis une victime"

Une fois sur place, Hocine obtient une place importante au sein de l’administration de Daech. "On m’a confié le bureau du mariage, confie-t-il. Les sœurs qui avaient perdu leur mari, on les mettait dans un endroit spécifique et là, on leur proposait un mariage".

Il dit ne pas avoir suivi d’entraînement au combat. "On était quatre vieux, précise-t-il. On était de côté, on regardait les gens [les combattants, ndlr] faire. Notre mission était de noter les gens, c’est tout". Il assure qu’il n’approuvait pas la charia, cette loi islamique imposée par Daech, mais qu’il était contraint de la suivre. Cependant, il souligne : "Je ne dis pas que je suis une victime. Je suis venu de mon propre gré." Et, interrogé sur la gloire tirée par le groupe EI des attentats en France, cherche à dissocier les terroristes de l'ensemble du groupe : "Ce sont des gens de l'Etat islamique, des émirs, pas l'Etat islamique [en entier, ndlr]'.

Lire aussi

"Je le regrette vraiment"

Aujourd’hui, devant les caméras, Il reconnaît avoir "commis une faute", celle d’être allé en Syrie. "Je regrette vraiment. J’aimerais revenir en France, continuer ma vie comme j’étais avant, j’étais tranquille".

 

Les djihadistes français capturés à Raqqa devraient être jugés au Kurdistan syrien, où la peine de mort n’existe pas. Le gouvernement français ne semble pas très pressé de les voir extrader. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 en France : plus de 400 décès à l'hôpital en 24h et environ 4.000 cas confirmés

EN DIRECT - Vendée Globe : Escoffier sur son radeau de survie, quatre skippers à son secours

Vendée Globe : Escoffier en détresse, délicate opération de sauvetage en cours

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Loi sécurité, violences policières, maintien de l'ordre... Gérald Darmanin tient sa ligne devant les députés

Lire et commenter