VIDÉO - À Berkeley, pro et anti-Trump en viennent aux mains, 21 personnes interpellées

International
TAX MARCH - Des centaines de manifestants pro et anti-Trump se sont affrontés à Berkeley, en Californie, dimanche. Selon CNN, 21 personnes ont été interpellées, 11 personnes ont été blessées et sept ont été transportées à l'hôpital. Des milliers de personnes s'étaient rassemblées dans le pays pour demander au président des États-Unis de rendre publiques ses déclarations de revenus d'impôts.

Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi dans plusieurs villes américaines pour appeler le président 

Donald Trump à rendre publiques ses déclarations de revenus et d'impôts, un geste de transparence que le milliardaire se refuse à faire. Si dans le reste du pays, comme à Washington, New York ou encore Philadelphie, les différentes manifestations se sont déroulées pacifiquement, ça n'a pas été le cas à Berkeley, en Californie. 


En effet, de l'autre côté de la baie de San Francisco, des bagarres ont éclaté dans un parc entre des partisans du président et ses adversaires. Les manifestants se sont affrontés à coup de bouteilles en verre, planches en bois et spray au poivre. 


"Nous allons visionner les vidéos de surveillance et celles prises par des témoins qui nous ont été envoyées et peut-être lancer des mandats d'arrêt", a déclaré la porte-parole de la police de Berkeley, Byron White, citée par CNN. 


Selon le média américain, 21 personnes ont été interpellées, 11 personnes ont été blessées et sept ont été transportées à l'hôpital. 

Publier sa feuille d'impôt est la barre éthique la plus basse possible pour un président et nous exigerons qu'il l'atteigneRon Wyden, sénateur démocrate

Tous les présidents et candidats à la Maison Blanche récents ont publié une ou plusieurs années de déclarations fiscales, une tradition qui vise à identifier d'éventuels conflits d'intérêts.  La loi n'oblige actuellement que la publication d'une déclaration financière qui donne une approximation du patrimoine, des dettes et des revenus, mais ne permet pas par exemple de vérifier le montant des impôts réglés.


 Une transparence nécessaire pour les anti-Trump qui soupçonnent Donald Trump d'avoir eu des arrangements financiers avec la Russie. Les détracteurs du dirigeant dénoncent aussi les différentes fanfaronnades de l'ancien promoteur immobilier au sujet de toutes les niches fiscales légales qu'il aurait utilisées pour réduire au maximum son imposition. 


Le président des États-Unis a justifié son refus de publier ces documents, étant donné qu'il fait l'objet de contrôles fiscaux. 


Ces rassemblements étaient organisés symboliquement à quelques jours de la date limite, le 18 avril, de déclaration des revenus 2016 aux Etats-Unis. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter