VIDÉO - À Bruxelles, l'affront fait par Recep Erdogan à Ursula von der Leyen ne passe pas

VIDÉO - À Bruxelles, l'affront fait par Recep Erdogan à Ursula von der Leyen ne passe pas

SEXISME ORDINAIRE - En visite diplomatique à Ankara mardi, la présidente de la Commission européenne a été placée en retrait sur un divan lors de la réunion des présidents des institutions de l'Union européenne avec Recep Tayyip Erdogan.

"Ehm", c'est tout ce qu'Ursula von der Leyen a réussi à dire face à une situation ubuesque. Alors que la réunion entre le président turc Recep Tayyip Erdogan, le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne s'apprêtent à débuter, l'ancienne ministre allemande de la Défense se retrouve sans siège pour s'asseoir. 

Tandis que les deux hommes s'installent dans des fauteuils préparés pour l'occasion, Ursula von der Leyen reste debout, désemparée. Elle prendra ensuite place sur un canapé, en retrait des deux hommes et face au ministre turc des Affaires étrangères, dont la fonction lui est inférieure dans la hiérarchie protocolaire. La scène, qui a été filmée, a largement été commentée sur les réseaux sociaux.

"La présidente von der Leyen a été surprise. Elle a décidé de passer outre et de donner la priorité à la substance. Mais cela n'implique pas qu'elle n'accorde pas d'importance à l'incident", a expliqué mercredi son porte-parole Eric Mamer, "il revient aux autorités turques, en charge de la rencontre, d'expliquer pourquoi il a été offert ce type de siège à Mme von der Leyen".

"Aucune disposition n'a été prise en dehors de celles demandées par une délégation de l'UE qui a préparé la visite", a assuré en fin de journée à l'AFP un responsable turc.

Les réactions n'ont pas manqué non plus du côté des députés européens. "'Ehm' est le nouveau terme pour 'ce n'est pas comme ça que la relation UE-Turquie devrait être menée", a critiqué Sergei Lagodinsky, député écologiste allemand. L'eurodéputé français Raphaël Glucksmann a également fait part de son émotion face à "la violence symbolique" de cette scène.

Charles Michel n'a pas été épargné par les critiques. L'eurodéputée libérale néerlandaise Sophie in't Veld s'est demandée pourquoi le président du Conseil était resté "silencieux" alors que sa collègue se retrouvait sans siège.

D'autant que cet affront sexiste intervient à un moment diplomatique délicat. L'Union Européenne et la Turquie cherchent à renouer leurs relations après une année de tensions. Les Européens ne cachent pas leurs inquiétudes face aux violations répétées des droits fondamentaux en Turquie. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : forte hausse du nombre d'hospitalisations, près de 6000 malades en réanimation

Emmanuel Macron annonce un assouplissement des restrictions de voyage début mai

Logement : vous pouvez faire résilier le bail de votre voisin en cas de fortes nuisances

"Rien ne fonctionne" : Gérard Lanvin s'emporte dans Sept à Huit contre une époque "affligeante"

Covid-19 : l'application TousAntiCovid va bientôt certifier les tests et la vaccination

Lire et commenter