VIDÉO - À Mossoul, aux côtés des forces d’élite irakiennes entrées dans la ville

REPORTAGE - Civils en détresse, progression des soldats sous les balles des djihadistes, menaces des voitures piégées... La reprise du principal bastion irakien du groupe État islamique se fait lentement et difficilement.

L'étau se resserre sur les milliers de combattants du groupe État islamique retranchés dans leur fief irakien de Mossoul. Depuis près d'un mois, la coalition menée par l'armée irakienne avance lentement, reprenant d'abord des localités en bordure de Mossoul, avant d'entrer dans la ville par les quartiers est. 

En première ligne, l'unité spéciale anti-terroriste de l'armée irakienne, surnommée la "division d'or", est confrontée a de nombreuses menaces, notamment les voitures piégées. De nombreux snipers ralentissent également la progression des blindés irakiens.

L'armée irakienne accusée de torture par Amnesty International

Pris entre deux feux, les nombreux civils restés à Mossoul tentent de déserter les lieux. Les soldats, eux, craignent de ne pas pouvoir différencier les djihadistes de ceux qui fuient les combats.


Ce jeudi, Amnesty International a accusé les troupes irakiennes d'avoir torturé des Irakiens soupçonnés de faire partie du groupe État islamique. L'ONG dénonce plusieurs exécutions extrajudiciaires qui auraient eu lieu dans des villages aux alentours de Mossoul.

En vidéo

Irak : des journalistes de la BBC échappent de peu à un attentat-suicide dans Mossoul

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter