VIDÉO - Kim Jong-Un reconnaît des "erreurs" en ouvrant le congrès du parti du parti

VIDÉO - Kim Jong-Un reconnaît des "erreurs" en ouvrant le congrès du parti du parti

HISTORIQUE- Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a fait le constat de l'échec de sa politique économique, admettant que "presque tous les secteurs" n'avaient pas atteint leurs objectifs, en ouvrant le congrès du parti au pouvoir, selon des propos rapportés mercredi par l'agence officielle.

Dans son allocution d’ouverture, le leader nord-coréen, âgé de 36 ans, a reconnu que  "presque tous les secteurs n’avaient pas atteint leurs objectifs", et c’est l’agence officielle KCNA qui le rapporte. Pour le pouvoir en place, c’est une marque de lucidité inattendue que de marquer l’échec du plan quinquennal décidé en 2016 lors du précédent congrès. 

En conséquence, le pouvoir s’est engagé à analyser en profondeur "les expériences, les leçons et les erreurs commises pendant cette période" sans cependant donner plus de précisions.

Pas de masques ni distanciation sociale au Congrès

7000 délégués ont donc aussi applaudi mécaniquement cette déclaration, comme toute autre apparition de Kim Jong-Un. La pandémie ne modifie en rien l’ordre ni l’apparence de ce congrès, pas de masques ni de distanciation sociale. Officiellement la pandémie s’est arrêtée aux frontières fermées avec la Chine, et aucun cas de Covid ne serait déclaré en Corée du Nord selon ses dirigeants. Par crainte du Covid-19, les échanges entre les deux pays ont donc été réduits au minimum ce qui a davantage accru l’isolement de la Corée du Nord.

Ce congrès montre "Un besoin urgent de solidarité interne" Ahn Chan-il, chercheur à Séoul

Avant le congrès Rodong Sinmun, l'organe du parti au pouvoir, en avait appelé à une loyauté sans faille envers le leader nord-coréen et à un "esprit d'unité"  nécessaire pour assurer une année "victorieuse". Des campagnes de propagande de masse ont aussi sollicité  les citoyens leur demandant de faire des heures supplémentaires pendant 80 jours, ou d'autres initiatives pour soutenir l'effort économique. Selon le chercheur Anh Chan-il  de l'Institut mondial des études nord-coréennes de Séoul  "ce congrès du parti doit servir d'étincelle pour restaurer la foi d'un public déçu".

Kim Jong-Un traité de voyou par Biden, lui-même qualifié de "chien enragé "

Les sanctions internationales pèsent sur le pays dans le but de le faire renoncer à ses programmes balistiques et nucléaires. Les  relations furent "bi-polaires"  entre Donald Trump et Kim Jong-Un, entre poignées de main et  invectives.

Quant au prochain résident de la Maison-Blanche, il  aurait qualifié de "voyou" le dirigeant nord-coréen qui lui-même l'aurait qualifié de "chien enragé". L’arrivée prochaine de Joe Biden à la tête des États-Unis, ne semble donc que peu favorable à une détente entre la Corée du Nord et les USA, ni présager d'une sortie d'isolement pour Pyongyang.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Jean Castex veut "mettre le paquet sur la vaccination" en mars et avril

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Lire et commenter