Accord de Paris sur le climat : comment Donald Trump a justifié le retrait des Etats-Unis

DirectLCI
CLIMAT - Le président américain a annoncé jeudi qu'il retirait les Etats-Unis de l'accord de Paris sur climat. Il souhaite négocier une "nouvel accord" dans "des termes justes pour les Etats-Unis".

La promesse de campagne est désormais une réalité. Après des semaines d'attermoiements, Donald Trump a annoncé jeudi une sortie des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat. Un retrait critiqué aux quatre coins de la planète qu'il a justifié par plusieurs raisons.

L'accord ne serait pas "avantageux" pour les Etats-Unis

Durant son allocution à la Maison Blanche, le chef de l'Etat a martelé qu'il ne "voulait rien qui puisse se mettre en travers" de son action pour redresser l'économie de la première puissance mondiale. Et d'ajouter : "Il est temps de mettre Youngstown Ohio, Detroit, le Michigan et Pittsburgh Pennsylvanie, qui compte parmi les meilleurs endroits de ce pays devant Paris, France", en citant les régions industrielles américaines en déshérence qui l'ont porté à la présidence. Le président l'assure : l'accord de Paris provoquerait "la perte de 2,7 millions d'emplois d'ici 2025." Toujours selon Donald Trump, les Etats-Unis possèdent "les ressources énergétiques les plus importante de la planète. Garder cet accord aurait éliminé cette richesse du pays."

L'accord de Paris n'aurait "pas beaucoup d'impact" sur le climat

"Cet accord ne porte pas sur le climat mais sur un avantage financier pour les autres pays",  a assuré le chef de l'Etat. 

Même si l'accord de Paris devait être complètement mis en œuvre, on estime qu'il ne produirait qu'une réduction de 0,2 degré de la température mondiale d'ici 2100. Pensez à ça !"

En vidéo

Ségolène Royal : "La destruction de l'accord de Paris, c'est la destruction de la Planète"

L'accord de Paris ne serait pas assez dur avec la Chine et l'Inde

"Il ne faut pas s'engager dans des accords qui sont contre les Etats-Unis et seulement à l'avantage des autres pays. Un accord qui laisse les travailleurs et les contribuables américains absorber les coûts", a lancé l'hôte de la Maison Blanche. Avant de poursuivre : "Selon l'accord, la Chine pourrait augmenter ses émissions pendant de très nombreuses années. (…) L'Inde pourrait doubler sa production charbonnière alors que nous serions contraints d'abandonner la nôtre. Même l'Europe aurait eu la possibilité de continuer à créer des entreprise charbonnières".

Un nouvel accord serait envisageable

Donald Trump a ouvert la voie à de nouvelles négociations, soit sur la base de l'accord de Paris, soit en repartant à zéro.  "Il faut trouver un nouveau cadre qui protège notre économie, nos travailleurs et notre pays."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter