VIDÉO - Afghanistan : au cœur de Kaboul, désormais tenu par les talibans

VIDÉO - Afghanistan : au cœur de Kaboul, désormais tenu par les talibans

RÉCIT – Depuis que les talibans ont pris Kaboul, les Afghans tentent par tous les moyens de fuir la ville, au péril de leur vie. Le trajet qui les conduit jusqu'à l'aéroport international Hamid Karzai a été emprunté par notre envoyée spéciale, Liseron Boudoul. Depuis la capitale afghane, elle raconte le nouveau quotidien des Kabouliens.

L'aéroport comme horizon. Depuis que les talibans ont repris la capitale, l'aéroport Hamid Karzai est devenu l'unique porte de sortie du pays. Sur le tarmac, les candidats au départ s'entassent, paniqués, au prix parfois de leur vie. Dans un Kaboul sous le joug des nouveaux maîtres du pays, parvenir à rallier ou quitter le dernier site où la présence occidentale est visible se révèle quasi impossible et extrêmement dangereux. 

Les journalistes présents sur place mettent une heure pour effectuer les quelques kilomètres qui séparent leur hôtel dans le centre de la capitale afghane de l'aéroport. Embarquée dans un bus encadré par les militaires américains, avec l'appui de l'ambassade du Qatar, Liseron Boudoul, notre envoyée spéciale, constate l'omniprésence des talibans. Ce sont eux qui tiennent les points de contrôle qui essaiment désormais le long de cette route. "Les talibans essayent d’empêcher les Afghans qui arrivent par groupe pour rejoindre l’aéroport et pour monter dans un avion", témoigne-t-elle. 

Toute l'info sur

L'Afghanistan aux mains des talibans

Les talibans tirent en l'air pour intimider la foule à l'aéroport de Kaboul. De jour comme de nuit, les coups de feu résonnent à travers la ville. La présence des talibans, lourdement armés, est menaçante. Celle de nos caméras les rend agressifs. "On voyait les talibans avec leur kalachnikov en bandoulière s’exciter et même devenir un peu nerveux quand on s’est mis à les filmer à travers les vitres du bus", rapporte notre journaliste. 

Les talibans sont désormais partout. Ils étaient également présents à l’entrée de l’hôtel où loge notre reporter. "Ils se sont vraiment installés dans toute la ville une semaine seulement après leur arrivée au pouvoir", conclut-elle. 

Lire aussi

Dans ce climat toujours de plus en plus tendu, les évacuations se poursuivent. "Tous ceux avec qui nous avons parlé nous disent qu'il n'y a plus de vie possible ici", rapporte Liseron Boudoul au cœur de l'aéroport. Pour les Afghans qui ont réussi à passer, ces avions représentent l'ultime espoir de quitter le pays quand les autres tentent encore de franchir les check-points des talibans.  

En vidéo

Quelle ambiance dans les rues de Kaboul ?

Une semaine après la reprise de la capitale, l'ambiance dans les rues de Kaboul a radicalement changé, comme le constate notre journaliste : les hommes ont remis la  longue tunique traditionnelle afghane, le peu de femmes aperçues à l'extérieur de leurs domiciles ont revêtu la burqa. Il y a une semaine, elles portaient le jean et le t-shirt. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours de récré ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

VIDÉO - Covid-19 : le relâchement des gestes barrière fait des ravages au Royaume-Uni

Quitté par son épouse Wanda, l'attaquant argentin Mauro Icardi ne s’entraîne plus avec le PSG

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.