VIDÉO - "Ici, ce n’est pas Kaboul" : reportage au cœur de Kandahar, le berceau des talibans

VIDÉO - "Ici, ce n’est pas Kaboul" : reportage au cœur de Kandahar, le berceau des talibans

AFGHANISTAN - Depuis le 15 août dernier, les talibans ont fait leur retour au pouvoir. Nos envoyés spéciaux se sont rendus à Kandahar, ville du sud du pays et berceau historique du mouvement fondamentaliste.

Kandahar occupe, dans l’imaginaire afghan, une place à part. Terre du Molah Omar, père des talibans, la ville est (re)devenue, avec le retour au pouvoir des fondamentalistes, le centre névralgique du pouvoir politique en Afghanistan. "Nous n’aimons pas la démocratie. Nous sommes contre le sécularisme, l’impérialisme, le socialisme, le réalisme, le libéralisme. Nous sommes pour l’Émirat islamiste", lance un habitant à TF1 dans la vidéo en tête de cet article. 

Toute l'info sur

L'Afghanistan aux mains des talibans

Dans ce berceau du fondamentalisme islamique, les traditions des tribus pachtounes sont immuables. "Ici, ce n’est pas Kaboul. On porte tous la barbe et le turban", déclare un riverain. "Pour les femmes, c’est la burka obligatoire", renchérit un autre.  

La nouvelle capitale politique de l'Afghanistan

C'est dans cette ville, où flotte un gigantesque drapeau taliban (200 m2 de surface), que sont désormais prises les principales décisions politiques dans le pays. Kandahar reçoit même régulièrement la visite de plusieurs des principaux chefs talibans, dont plusieurs sont originaires de la région. 

"Les nouveaux ministres vont et viennent. Ils ont beaucoup de réunions", glisse l'un des adjoints au maire de la ville. "Kandahar est la ville la plus importante pour eux [les talibans, ndlr]", indique à La Croix Mike Martin, un ancien officier de l’armée britannique, chercheur au King’s College de Londres. "À la minute où Kandahar tombera, l’Afghanistan tombera aussi", avait-il également prévenu début août dernier. 

Lire aussi

La principale école coranique d'Afghanistan se trouve aussi à Kandahar. Certains des nouveaux maîtres du pays ont été formés dans cet antre. Nombreux sont les talibans à y avoir étudié et obtenu des diplômes. Parfois, certains reviennent même pour donner des conférences. Malgré tout, la plupart des insurgés islamistes restent illettrés. "10% des talibans ont fait l’école. Les 90% restants sont de simples combattants", confirme le directeur de l’établissement.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand toujours au coude-à-coude

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 6000 cas à nouveau franchi ce mercredi

"Maintenant, il va falloir qu'il se calme" : Jean-Michel Blanquer recadre Eric Zemmour

Tempête Aurore : 9 départements en vigilance orange, des rafales jusqu'à 130 km/h attendues

Tempête Aurore : ce qui vous attend ce soir et cette nuit de la Bretagne à Paris

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.