VIDEO - Algérie : les images de la démission d'Abdelaziz Bouteflika

VIDEO - Algérie : les images de la démission d'Abdelaziz Bouteflika

DÉMISSION - Après de longues semaines de contestation et d'opposition à un cinquième mandat, Abdelaziz Bouteflika a démissionné, ce mardi 2 avril. Sur les images, on y voit un président très affaibli.

Des images saisissantes. Abdelaziz Bouteflika s'est résolu à démissionner, après de longues semaines de contestation et de manifestations contre un possible cinquième mandat. Un renoncement à un cinquième mandat relativement surprenant en raison de sa rapidité, même s'il avait été dit que cela aurait lieu avant le 28 avril prochain. 

Toute l'info sur

L'Algérie se soulève contre Bouteflika

Le lieu n'a pas été précisé

C'est dans une vidéo que celui qu'il convient d'appeler désormais l'ancien président algérien est apparu pour acter sa démission. Il a remis sa lettre au Conseil constitutionnel, selon des images diffusées par la télévision nationale. Sur ces images, on y voit Bouteflika, visiblement fatigué, vêtu d'une gandoura, une tunique nord-africaine beige et assis dans un fauteuil roulant, remettant cette lettre, placée dans une chemise aux armes de la présidence, au président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz, visiblement peu à l'aise. 

L'endroit de la remise de cette lettre n'a pas été précisé mais on peut voir Abdelkader Bensalah, 77 ans, pur produit du régime, et président du Conseil de la Nation (chambre haute), chargé par la Constitution d'assurer l'intérim durant une période maximale de 90 jours au cours de laquelle une présidentielle doit être organisée. Diminué par les séquelles d'un AVC depuis des années, Abdelaziz Bouteflika renvoie désormais l'image d'un vieillard tassé dans un fauteuil roulant, qui ne s'adressait plus de vive voix à ses concitoyens depuis 2013 et n'apparaissait quasiment plus en public.

Lire aussi

Dans sa lettre de démission, Abdelaziz Bouteflika explique que la décision de démissionner a été prise en son "âme et conscience" et qu'elle "est destinée à contribuer à l'apaisement des cœurs et des esprits de mes compatriotes, pour leur permettre de projeter ensemble l'Algérie vers l'avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement". 

"Cette décision procède de mon souci d'éviter que les excès verbaux qui marquent malencontreusement l'actualité ne dégénèrent en dérapages potentiellement dangereux pour la protection des personnes et des biens qui relève des prérogatives essentielles de l'Etat", écrit-il.

"Dans cette perspective, j'ai pris les mesures appropriées, dans l'exercice de mes prérogatives constitutionnelles, pour les besoins de la continuité de l'Etat et du fonctionnement normal de ses institutions durant la période de transition devant mener à l'élection du nouveau président de la République (...) Je souhaite tout le meilleur au Peuple algérien", poursuit-il. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Euro : Suisse, Suède, Angleterre et République tchèque qualifiées pour les 8e de finale

Autonomie de 1000 km, charge en 3 min... Découvrez la première berline à hydrogène française

VIDÉO - "Mon cœur battait la chamade !" : la voisine française du "Serpent" n’a rien oublié

EN DIRECT - Covid-19 : 10.386 personnes hospitalisées, dont 1655 en soins intensifs

Ce bateau conçu en France défie les lois de la physique

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.