Argentine : la première sous-marinière de l’histoire sud-américaine parmi les disparus du submersible

DirectLCI
PIONNIÈRE – Eliana Maria Krawczyk, 35 ans, première femme latino-américaine à devenir officier de sous-marin, compte parmi les 44 marins disparus à bord du "San Juan", dont les autorités argentines sont sans nouvelles depuis cinq jours.

Une défricheuse symbole de la féminisation des armées. Eliana Maria Krawczyk, 35 ans, qui est devenue en 2012 la première femme d’Amérique latine – et donc d’Argentine – officier de sous-marin, fait partie des  44 marins disparus à bord du submersible "San Juan", dont les autorités militaires argentines sont sans nouvelles depuis cinq jours malgré d’intenses recherches dans l'océan Atlantique au large de la Patagonie. Son sort, comme celui du reste de l’équipage, tient aujourd’hui ses concitoyens en haleine. 


Et de fait : l’histoire de la jeune femme intrigue. Issue d’une famille modeste originaire de la ville d’Oberá, dans la province de Misiones, dans le nord-est du pays, Eliana Maria Krawczyk n’avait jamais quitté sa région de naissance avant l’âge de 21 ans et n’avait même jamais navigué en mer. Mais, après des études d’ingénieur, elle subit coup sur coup deux événements tragiques : la mort de l’un de ses frères dans un accident de la route et de sa mère, décédée d’une crise cardiaque. Deux tragédies qui la poussent à chambouler sa vie. 

Frappée coup sur coup par deux drames

"Un jour, sur internet, j'ai découvert un avis de la Marine pour recruter des jeunes. J’ai couru jusqu’à Posadas (chef-lieu de la province de Misiones, ndlr) et j’ai signé", racontait-elle récemment dans les colonnes du journal Clarín. "J'ai tout quitté et j'ai fait le voyage jusqu’à l'école navale militaire d'Ensenada (près de Buenos Aires). J'ai seulement pris une photo de ma mère dans mon portefeuille." Après de brillantes études, Eliana Maria Krawczyk devient officier en 2009, puis, trois ans plus tard, la première sous-marinière de l’histoire du continent. 


De quoi rendre fier ses proches et sa famille. "Elle m’a dit qu’elle était heureuse à bord des sous-marins", souligne son père, Eduardo Krawczyk. "Je lui ai parlé une quinzaine de jours avant le départ de l'expédition. Elle m'a dit qu’ils arrivaient en Terre de Feu (archipel à l’extrême-sud des Amériques, ndlr) et que le gouverneur était monté à bord du sous-marin pour féliciter le fait qu’une femme fasse partie de l’équipage", poursuit-il, refusant de céder au désespoir. "Prions ensemble pour que tout se résolve." Cinq jours après la disparition du submersible, le mystère reste entier, même si l’inquiétude continue de croître. Ce lundi, le chef de la base navale de Mar del Plata a notamment reconnu que le "San Juan" avait signalé une avarie lors de sa dernière communication avec sa base. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter