VIDÉO - Sous-marin disparu : le président argentin réclame la "vérité"

DirectLCI
DISCOURS - Le président argentin Mauricio Macri s'est exprimé devant les caméras pour la première fois ce vendredi depuis la disparition du sous-marin San Juan. Il a notamment réclamé "une enquête sérieuse".

C’est au siège de la Marine argentine que le président argentin Mauricio Macri s’est exprimé ce vendredi. Il a exigé, lors d’une courte allocution -sa première depuis le début des recherches-, "une enquête sérieuse" pour connaître "la vérité" sur le sous-marin San Juan. Celui-ci a disparu le 15 novembre dernier, sans activer de balise de détresse, avec ses 44 membres d’équipage. 


"Ce qu'il s'est passé va requérir une enquête sérieuse, en profondeur, qui permette d'avoir des certitudes" pour savoir "comment un sous-marin qui (...) était en parfaite condition pour naviguer a été visiblement victime d'une explosion", a déclaré le chef de l'Etat depuis sa tribune. Celui-ci n'a pas caché son soulagement quant au soutien de "toute la communauté internationale, avec toutes les avancées technologiques disponibles". "Cela devrait nous permettre de trouver le submersible dans les prochains jours", a-t-il assuré.

Un appel à l'unité

Depuis plusieurs jours, les polémiques autour de l'état de l'appareil et des moyens alloués à l'armée argentine enflent. Le président argentin s'est appliqué à tenter d'appaiser la situation, en appelant "au plus grand respect pour la douleur présente, notamment celle des familles". "Jusqu'à ce que nous n'ayons pas toutes les informations, nous ne devons pas nous aventurer à chercher des coupables, à trouver des responsables. Avant cela, nous devons obtenir des certitudes sur ce qui s'est passé et comment cela s'est passé", a-t-il poursuivi.


Le 18 novembre dernier, Mauricio Macri avait assuré être "en contact avec les familles de l’équipage, pour les informer et les soutenir". "Nous partageons leurs préoccupations et celles de tous les Argentins" avait-il dit.

En vidéo

Disparition d'un sous-marin : des signaux repérés, un faux-espoir

Aujourd’hui, la mort des occupants du sous-marin ne fait presque plus aucun doute. Les experts affirment que le San Juan se disloquerait sous la pression au-delà de 600 mètres de profondeur. Or, la zone où a été enregistrée l’explosion, à 400 km des côtes argentines, compte des fonds océaniques de 200 à 3.000 mètres. De son côté, la Marine se refuse toujours à déclarer officiellement qu’il n’y a plus aucune chance de retrouver des survivants. Six navires et trois avions sont encore à la recherche du sous-marin.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter