VIDÉO - Attentat d'Istanbul : les premières images du suspect

ENQUÊTE - Le groupe Etat islamique a revendiqué lundi l'attentat contre une discothèque d'Istanbul qui a fait 39 morts dans la nuit du nouvel An. L'auteur, en fuite, est traqué par les autorités turques qui viennent d'annoncer l'arrestation de huit suspects.

Au moins 39 morts, dont 20 étrangers. C’est le bilan ce lundi à Istanbul, après l’attentat qui a frappé une boîte de nuit huppée samedi soir. Un acte revendiqué par le groupe Etat islamique, qui s’est félicité de l’attaque perpétrée par "un des soldats du califat". Reste à savoir lequel : l'homme est toujours en fuite.


Les autorités turques, qui ont annoncé l'arrestation de huit suspects, ont en effet lancé une chasse à l'homme pour retrouver l'assaillant qui s'est enfui en profitant de la confusion semée dans la discothèque. C'est là où il a semé la mort, à 01h15 dimance, durant de longues minutes : après avoir pénétré dans la discothèque, l'assaillant, déguisé en père Noël, tire au hasard sur la foule, semant la panique. 


Selon la chaîne d'information NTV, plusieurs personnes ont plongé dans le Bosphore pour échapper aux coups de feu. Selon les médias turcs, le terroriste a tiré entre 120 et 180 balles, durant environ sept minutes. D'après le communiqué de l'EI, l'homme aurait également utilisé des grenades.

En vidéo

Attentat à Istanbul : le tireur "portait des vêtements différents à l’intérieur"

L'assaillant originaire d'un pays d'Asie centrale ?

Le Premier ministre turque Binali Yildirim a qualifié d'"infondées" les informations de presse selon lesquelles l'assaillant était déguisé en père Noël, ajoutant que l'agresseur avait laissé son arme sur les lieux. Des témoins cités par l'agence de presse Dogan ont déclaré l'avoir entendu s'exprimer en arabe, mais cela n'a pas été confirmé par les autorités. Le quotidien Hürriyet a de son côté rapporté que les autorités estiment que l'assaillant pourrait être originaire d'un pays d'Asie centrale. D'après les premiers éléments de l'enquête, il pourrait être lié à la cellule qui a commis un triple attentat-suicide à l'aéroport d'Istanbul, en juin. L'attaque avait fait 47 morts.


Le journal Hürriyet ajoute que les services de police et de renseignement avaient reçu des informations concernant le risque d'une attaque de l'EI le soir du Nouvel an dans plusieurs villes de Turquie. De nombreuses arrestations et perquisitions avaient eu lieu tout au long du mois de décembre, pour prévenir un tel attentat.


D'après les derniers chiffres des médias turcs, 39 personnes, dont 26 étrangers, ont été tuées et des dizaines blessées. Selon le dernier bilan, le Quai d'Orsay indique que 4 ressortissants français ont été blessés dont 2 sont encore hospitalisés. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat du Nouvel An à Istanbul

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter