VIDÉO - Ouragan Dorian : Grand Bahama ravagée, l'île en grande partie submergée après le passage du "monstre"

International

Toute L'info sur

L’ouragan Dorian, l’un des plus violents de l’histoire de l’Atlantique

SINISTRE - Rétrogradé en catégorie 3, l'ouragan Dorian reste stationnaire au-dessus de Grand Bahama, l'île la plus au nord de l'archipel des Bahamas. Le "monstre", qui s'accompagne de pluies torrentielles et de vents soutenus à 200 km/h, a dévasté la petite île de 1400 km2. Elle est complètement inondée sur ses parties septentrionales.

Grand Bahama est sous les eaux. Depuis dimanche 1er septembre, l'archipel des Bahamas est frappée de plein fouet par l'ouragan Dorian, rétrogradé de catégorie 5 à 3 la nuit dernière mais qui reste "extrêmement dangereux" avec des vents moyens qui atteignent encore 200 km/h et des rafales jusqu'à 240 km/h. L'ouragan a depuis ralenti et fait quasiment du sur-place au-dessus de la petite île de 1400 km2, où il devrait rester encore une bonne partie de la journée de mardi accompagné de ses pluies torrentielles et ses vents "catastrophiques", selon les prévisions du Centre national des ouragans américain (NHC).

Située à 88 kilomètres de la côte de Floride, l'île connue pour ses plages, ses criques et ses récifs coralliens, vit un enfer comme sa voisine d'Abaco, touchée par l'ouragan le plus puissant de l'Atlantique lorsqu'il a touché terre, égalant le record de 1935. Grand Bahama est inondée sur ses parties septentrionales. La houle levée par l'ouragan conjuguée aux fortes vagues générées par le vent a provoqué une surcote exceptionnelle de l'ordre de 5 à 7 mètres, selon le NHC. Or, le point le plus élevé de Grand Bahama est à 12 mètres. Avec très peu de relief et une altitude de 1 à 6 mètres seulement, la moitié de l'île est submergée. 

L'aéroport de Grand Bahama inondé

Comme le montre la carte satellite (voir ci-dessus), de vastes zones de Grand Bahama ont été durement touchées par les inondations. À de nombreux endroits, les limites côtières (en jaune) ont été débordées par l'amas des flots. L'aéroport de l'île, situé à Freeport, a été entièrement englouti par les eaux. Selon des témoignages relayés sur les réseaux sociaux, le niveau atteignait par endroits la hauteur des toits des habitations. Les vagues balayaient les toitures, déchiquetant violemment le bois des habitations transformés en débris, quant elles ne se ruaient pas à l'intérieur-même des logements.

Le ministre de l'Agriculture des Bahamas, Michael Pintard, a filmé l'intérieur dévasté de sa maison située à Grand Bahama. Un SMS envoyé par une habitante de l'île ravagée, que l'AFP a pu consulter, témoignait de la détresse des locaux pris au piège dans ce cataclysme : "Nous sommes sous l'eau. Est-ce que quelqu'un peut nous aider ou nous envoyer de l'aide ? S'il vous plaît. Moi, mes six petits-enfants et mon fils sommes dans le grenier", écrivait Kendra Williams.

Lire aussi

Selon de premières évaluations rapides lundi des autorités et des responsables de la Croix-Rouge sur le terrain, quelque 13.000 maisons pourraient avoir été endommagées ou détruites et l'ouragan a causé des "dégâts considérables" dans les îles Abacos, où cinq personnes sont décédées, et de Grand Bahama. Au moins 61.000 personnes touchées par l'ouragan Dorian aux Bahamas auraient besoin d'aide alimentaire, a indiqué l'ONU qui attend le feu vert du gouvernement pour lancer une évaluation sur le terrain. Un porte-parole du PAM, Herve Verhoosel, a indiqué que l'agence spécialisée de l'ONU s'attendait à ce que 14.000 personnes aient besoin d'aide alimentaire sur l'île Abaco et 47.000 autres sur Grand Bahama. Il ne s'agit toutefois que de chiffres préliminaires. Il faut attendre les résultats de l'évaluation sur le terrain pour disposer d'un chiffre plus précis.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter