Beyrouth : un an après l'explosion, la colère ne retombe pas

Beyrouth : un an après l'explosion, la colère ne retombe pas

Le 4 août 2020, une explosion très violente a ravagé le port de Beyrouth, faisant plus de 200 morts. Le drame avait été à l'époque le révélateur de l'ampleur de la crise traversée par le Liban. Un après la tragédie, pratiquement rien n'a changé dans le pays.

Des plaies toujours ouvertes. Un an après, le port de Beyrouth garde les traces de la terrible déflagration qui a secoué toute la ville. Un stock de nitrate avait explosé le 4 août 2020. Aujourd'hui, des quartiers entiers restent défigurés. Plusieurs immeubles sont désormais devenus fantômes. Leurs appartements sont fragilisés et inhabitables. Certains murs menacent encore de s'effondrer. Au total, la déflagration a touché plus de 9 000 bâtiments et déplacé 300 000 personnes.

Toute l'info sur

Le 20h

L'explosion du port de Beyrouth a fait plus de 200 morts au total. Les visages des victimes sont placardés dans une rue de la capitale libanaise alors qu'aucun responsable pour l'heure n'est inquiété par la justice. Beaucoup de citoyens dénoncent l'inertie de toute la classe politique. Dans toute la ville, des chantiers attendent d'être enclenchés. Pour le moment, il n'y a pas d'aides de l'État et d'assurance.

Un an après la catastrophe, l'urgence est plus que jamais de trouver de l'argent frais pour reconstruire. Les autorités libanaises évoquent un montant de 15 milliards de dollars afin de réussir ce pari. Et ce chiffre n'inclut pas la catastrophique crise financière et sanitaire que traverse le pays. Avec désormais un Libanais sur deux touché par la pauvreté et un État dorénavant en faillite, les distributions alimentaires se multiplient alors que les prix s'envolent.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

"Indemnité inflation" : Emmanuel Macron défend son refus de baisser les taxes sur le carburant

EN DIRECT - Covid-19 : une prime exceptionnelle de 400 euros pour les employés des restaurants universitaires

Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.