VIDÉO - Birmanie : des dizaines de milliers de personnes défient le pouvoir militaire

En Birmanie, la dirigeante Aung San Suu Kyi a été à nouveau assignée à résidence après un coup d'État il y a une semaine. La junte a tenté de couper les liens de communication, mais des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues samedi

DANS LA RUE - Ce dimanche 7 février, des dizaines de milliers de Birmans ont manifesté contre le coup d'Etat qui a renversé Aung San Suu Kyi. Il n'y avait pas eu de rassemblements si importants depuis le soulèvement populaire de 2007.

Des policiers anti-émeute ont été déployés en nombre pour contenir les rassemblements, les plus importants depuis 2007. Ce dimanche 7 février dans toute la Birmanie, des milliers de personnes ont manifesté contre le coup d'Etat qui a renversé Aung San Suu Kyi. Aucun affrontement n'a été reporté, alors qu'en 2007, au cours de la "Révolution de safran", des dizaines de personnes avaient été tuées par les militaires.

À Rangoun, les contestataires étaient environ 100.000, selon diverses estimations. Ils se sont réunis près de l'hôtel de ville de la capitale économique. D'autres rassemblements, avec également des foules très importantes, se sont tenus dans de nombreuses villes du pays de 54 millions d'habitants, comme à Mandalay (centre). À Naypyidaw, la capitale, des centaines de personnes ont défilé sur des deux-roues dans les avenues gigantesques de l'agglomération construite par la junte, habituellement déserte.

"Respectez notre vote. À bas la dictature", ont scandé des manifestants à Kawthaung, la ville la plus au sud du pays, faisant le salut à trois doigts en signe de résistance. "Nous ne voulons pas de la dictature! Nous voulons la démocratie", ont chanté des contestataires à Rangoun, avant de se disperser dans le calme en début de soirée. Certains ont tendu des roses aux policiers, d'autres brandi des pancartes : "Libérez Mother Suu", en référence à Aung San Suu Kyi, l'ex-cheffe de facto du gouvernement civil, aujourd'hui inculpée.

Les connexions internet partiellement rétablies

Selon l'ONG NetBlocks les connexions internet très perturbées ces derniers jours ont été partiellement rétablies ce dimanche. L'armée avait ordonné aux fournisseurs d'accès de bloquer Facebook, outil de communication pour des milliers de Birmans, et d'autres réseaux sociaux comme Twitter ou Instagram, avant que les connexions soient partiellement rétablies. Ce dimanche les rassemblements ont été retransmis en direct sur Facebook où les messages de soutien ont afflué du monde entier.

Lire aussi

Samedi, des dizaines de milliers de personnes avaient déjà manifesté dans plusieurs villes pour condamner le putsch qui a mis un terme à une fragile transition démocratique de 10 ans. Les militaires ont instauré l'état d'urgence pour un an et arrêté Aung San Suu Kyi et d'autres responsables de la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

Le pape François a exprimé dimanche sa "solidarité avec le peuple birman" et exhorté l'armée à œuvrer en faveur d'une "coexistence démocratique".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'exécutif change de ton : ce que va annoncer Jean Castex à 18h

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 nouveaux cas mercredi, du jamais vu depuis novembre

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter