Attentat de Londres : ce que l’on sait de l’attaque devant le Parlement

TERRORISME - Une attaque terroriste revendiquée par le groupe Etat islamique a fait quatre morts (plus l'assaillant, un Britannique de 52 ans aux multiples identités) et une cinquantaine de blessés mercredi, près du Parlement britannique à Londres. Neuf personnes sont en garde à vue. Voici ce que l'on sait sur cet acte.

En début d'après-midi mercredi 22 mars, une attaque devant le parlement britannique revendiquée par le groupe Etat islamique a provoqué la mort - outre celle de l'assaillant - de quatre personnes et fait une cinquantaine de blessés. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière ayant frappé le Royaume-Uni depuis douze ans. Parmi les blessés figurent trois lycéens de Concarneau, dont le pronostic vital n'est pas engagé. 

Que s'est-il passé ?

Il est 15h30 (heure française), quand, en plein coeur de la capitale britannique, un homme au volant d'un 4X4 lance son véhicule sur les passants sur le pont de Westminster qui enjambe la Tamise, menant au Parlement britannique et à Big Ben. Peu après la sortie du pont, il percute le bas-côté de la voie puis en sort et court vers les grilles de l'édifice, où la Première ministre Theresa May vient de s'exprimer. Comme le montre la vidéo ci-dessous, une personne saute du pont au moment de l'attaque.

En vidéo

Attaque de Londres : une personne saute du pont de Westminster

L'assaillant poignarde un agent. La police fait feu au moment où il essaie de s'attaquer à un deuxième policier, il est tué. Les membres du Parlement ont été confinés à l'intérieur des bâtiments, avant d'être évacués un peu plus tard vers les locaux de Scotland Yard, situés à proximité, escortés par des policiers lourdement armés. Theresa May a quant à elle été exfiltrée quelques minutes après les coups de feu.

En vidéo

Attentat de Londres : le déroulé de l'attaque en une infographie

En vidéo

Attaque de Londres - Un témoin raconte : "il conduisait en zigzag jusqu'à l'extrémité du pont, il y avait une centaine de personnes sur le trottoir"

Qui sont les victimes ?

L'attaque, outre son auteur qui a été tué, a fait quatre morts (dont un policier) et une cinquantaine de blessés dont deux demeurent dans un état critique, selon le dernier bilan rendu public par la police vendredi matin. L'agent décédé s'appelait Keith Palmer. Ce mari et père de famille était âgé de 48 ans.


Deux personnes sont mortes sur le coup : une femme d'une quarantaine d'années et un homme d'une cinquantaine d'années, tous deux tués sur le pont de Wesminster où la voiture de l'assaillant a foncé dans la foule.  La femme s'appelle Aysha Frade, 43 ans, une Britannique de mère espagnole et originaire de Galice (nord-ouest de l'Espagne). Donald Trump a confirmé la mort de l'Américain Kurt Cochran (54 ans) dans un tweet jeudi après-midi, présentant ses condoléances à sa famille. Il était à Londres avec son épouse pour leur 25e anniversaire de mariage, a précisé sa famille sur des médias sociaux.


Une quatrième victime, Leslie Rhodes, un homme de 75 ans, a succombé à ses blessures dans la soirée de jeudi.

Parmi les blessés figurent trois lycéens français, scolarisés au lycée Saint-Joseph de Concarneau, qui effectuaient un voyage de classe et qui devaient rentrer vendredi. Deux d'entre eux sont dans un état grave, "avec des fractures lourdes", mais la préfecture a fait savoir qu'aucun n'avait de pronostic vital engagé. Un avion mis à la disposition des familles bretonnes par le gouvernement a rallié la capitale anglaise dans la soirée de mercredi. Les élévès qui faisaient partie du voyage, à l'exclusion des trois blessés, ont été rapatriés jeudi. 

S'agit-il d'une attaque terroriste ?

Le groupe Etat islamique a revendiqué jeudi midi l'attentat via l'agence Amaq, son organe de propagande. "L'auteur de l'attaque en face du Parlement britannique à Londres est un soldat de l'EI et l'opération a été menée en réponse à l'appel à frapper les pays de la coalition" internationale anti-djihadistes, a indiqué Amaq, citant "une source de sécurité".


La veille, sans que l'on connaisse encore les motivations de l'assaillant, les autorités indiquaient déjà qu'il s'agissait d'"un "acte terroriste". L'enquête avait alors été confiée au commandement (de la lutte) antiterroriste,  et des policiers supplémentaires avaient été  déployés dès mercredi soir dans les rues de Londres, selon un porte-parole de Scotland Yard, appelant la population à la vigilance. Il s'agit du troisième attentat dont Londres est la cible. 

Qui est l'auteur de l'attentat ?

Après avoir caché son identité "pour le bon déroulement de l'enquête", la Metropolitan police a finalement dévoilé son nom jeudi après-midi. Il s'agit de Khalid Masood, né Adrian Russell mais également connu sous divers autres noms. Âgé de 52 ans, ce Britannique, né dans le Kent, était connu des services de police. Il avait été condamné par le passé pour coups et blessures, possession d'armes et troubles à l'ordre public. Sa dernière arrestation remonte à décembre 2003.


Jeudi, Theresa May avait apporté quelques premiers éléments devant les députés : "L'auteur était Britannique, né en Grande-Bretagne [...] Il a agi seul et avait fait l'objet, quelques années plus tôt, d'une enquête du MI5 [les services de sécurité britanniques] en lien avec l'extremisme violent tout en étant un personnage périphérique de cette enquête".

En vidéo

Attentat de Londres : Theresa May évoque l'assaillant, connu des services de renseignements britanniques

9 personnes en garde à vue

Si l'assaillant a agi seul selon les enquêteurs, plusieurs personnes ont été appréhendées dans la nuit de mercredi à jeudi à Birmingham. La police se refuse pour le moment à tout autre commentaire mais cette ville du centre de l'Angleterre est connue comme l'un des fiefs des islamistes britanniques. Lors de ces premières opérations policières, huit personnes ont été arrêtées. Les arrestations ont eu lieu à six adresses différentes, à Londres et Birmingham mais aussi ailleurs dans le pays. 


Dans la nuit de jeudi à vendredi, la police britannique a procédé à deux nouvelles arrestations "importantes", a annoncé le chef de la police anti-terroriste Mark Rowley devant la presse vendredi. Pour le moment, un total de neuf personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête.

En vidéo

Porte-parole de la police de Londres : "Il s'agit d'une attaque terroriste"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat du Parlement de Londres

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter