VIDÉO - Brésil : au moins 60 morts lors d'une mutinerie dans une prison

International

AFFRONTEMENTS - Une mutinerie dans une prison de Manaus dans le nord du Brésil a fait au moins 60 morts dans la nuit du dimanche 1er au lundi 2 janvier. Douze surveillants avaient été pris en otage.

"Il s'agit du plus grand massacre commis dans une prison en Amazonie".  Le secrétaire d'Etat à la Sécurité publique d'Amazonie l'a affirmé après la mutinerie meurtrière survenue dans une prison de Manaus, dans le nord du Brésil, dans la nuit du dimanche 1er au lundi 2 janvier.

"Pour le moment, nous avons décompté 60 morts", a déclaré le secrétaire d'Etat à l'Administration pénitentiaire Pedro Florencio, lors d'une conférence de presse. La mutinerie, pendant laquelle douze surveillants ont été pris en otage, a duré 17 heures entre dimanche après-midi et lundi matin dans le complexe pénitentiaire Anisio Jobim (Compaj), situé en périphérie de Manaus.

Des prisons contrôlées en interne par des factions criminelles

Elle a été provoquée par un affrontement entre détenus appartenant à deux organisations criminelles, le groupe local FDN (Familia do Norte), et le PCC (Premier commando de la capitale), fondé à Sao Paulo. 

"Pendant les négociations, les prisonniers n'ont pratiquement rien exigé, juste qu'il n'y ait pas d'excès quand la police entrerait", avait déclaré le secrétaire d'Etat à la Sécurité publique à la radio locale. "Nous croyons qu'ils avaient fait ce qu'ils voulaient : tuer ces membres de l'organisation rivale et obtenir la garantie qu'ils ne seraient pas agressés par la police. La FDN a massacré les membres présumés du PCC et d'autres rivaux", a-t-il ajouté.

Les mutineries sont fréquentes dans les prisons surpeuplées du Brésil qui sont contrôlées en interne par les factions criminelles se disputant le contrôle du trafic de drogue.

Voir aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter