VIDEO - Brésil : une députée agressée sexuellement durant une séance du Parlement

VIDEO - Brésil : une députée agressée sexuellement durant une séance du Parlement

VIOLENCE - Une agression sexuelle, filmée par les caméras, a eu lieu en pleine assemblée du Brésil en décembre dernier. Un député a touché la poitrine d'Isa Penna, sa collègue. Une commission, créée cette semaine, étudie des sanctions.

Une agression sexuelle au cœur du pouvoir législatif brésilien. C'est ce qui est arrivé à Isa Penna, une députée, victime du comportement de l'un de ses collègues. Si ce dernier réfute les accusations, une commission d'éthique vient d'être mise sur pied pour étudier l'éventualité d'une sanction.

La scène, filmée le 17 décembre dernier, a été révélée au grand public seulement ces derniers jours. Durant une séance au cours de laquelle les députés devaient voter le budget, on aperçoit Isa Penna, debout, discuter avec le président. Puis Fernando Cury arrive derrière elle, avant de lui toucher les seins. L'élue le repousse mais l’homme insiste.

"Petit câlin rapide"

Isa Penna, membre du Parti Socialisme et Liberté, l'assure : Fernando Cury a voulu l'humilier car elle représente à ses yeux une personnalité politique affichant son militantisme. Sur son compte Twitter, la députée se présente en effet comme "avocate, bisexuelle, éco-socialiste et 100 % féministe".

Lire aussi

Faux, assure le principal intéressé. Fernando Cury assure avoir voulu lui faire un "petit câlin rapide". Raison pour laquelle il estime n’avoir pas commis d’infraction. Selon la commission d'éthique, il risque néanmoins une suspension ou une révocation.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

Le coronavirus ne sera pas vaincu d'ici la fin de l'année, selon l'OMS

Assouplissement des mesures anti-Covid : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Lire et commenter