VIDÉO - Calais : des migrants prêts à tout pour traverser la Manche suivis par une équipe de TF1

VIDÉO - Calais : des migrants prêts à tout pour traverser la Manche suivis par une équipe de TF1

REPORTAGE - Juste avant l’hiver, de très nombreux migrants tentent de rejoindre l’Angleterre. Quelques semaines avant le drame qui a couté la vie à 27 d'entre eux, une équipe de TF1 avait pu assister au départ en mer de migrants depuis les environs de Calais.

Mercredi 24 novembre, au large de Calais, 27 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation. Une tragédie survenue quelques semaines après un reportage du 20H de TF1, visible en tête de cet article. Nos équipes avaient alors suivi le départ vers le Royaume-Uni de plusieurs migrants.

Au bord d’une route côtière à Wimereux, dans le Pas-de-Calais, aux premières lueurs de l’aube, le bruit discret d’une pompe à air. Puis un moteur. Surgit alors de la dune un bateau qui vient tout juste d’être gonflé. Une cinquantaine de migrants sort alors de l’ombre les uns après les autres, obligeant les automobilistes à s’arrêter. Au pas de course, ils rejoignent la plage. "On va en Angleterre", affirme un Irakien déterminé dans le reportage.

Toute l'info sur

Le 20h

Par peur des contrôles de police, ils accélèrent le pas. Malgré les obstacles. Car la plage de Wimereux est l’un des points de départs connus vers l’Angleterre. Le groupe est constitué d’Irakiens kurdes pour la plupart et d’une seule jeune femme. Ils entrent sans hésiter dans l’eau à 14 degrés. Même s’il n’y avait pas de vent ce matin-là, les migrants ont dû lutter contre les vagues et le courant. 

Une traversée dangereuse à travers les cargos

Leur départ semble chaotique. Certains tombent et le moteur ne démarre pas. Pourtant, la manœuvre est visiblement rodée. Ils sont plusieurs à maintenir le bateau. D’autres, sans doute des passeurs, surveillent depuis le rivage. Le moteur démarre enfin et l’embarcation s’élance. Derniers au revoir à la France, ils ont 40 kilomètres à parcourir jusqu’aux côtes anglaises. Leur minuscule bateau se perd alors dans un horizon de cargos. 

Certains migrants n’ont pas réussi à monter à bord. Ils affirment à nos journalistes vouloir retenter leur chance dès le lendemain. "Ce n’est pas facile. Je veux aller au Royaume-Uni, mais je n’ai pas pu. Je veux partir pour une autre vie. C’est déjà mon cinquième essai", dit l’un d’eux. 

Lire aussi

Ceux qui ont embarqué ce matin-là ont réussi à rejoindre les côtes anglaises. Les forces de l’ordre ne parviennent pas à endiguer ces traversées, qui se multiplient ces derniers jours, juste avant l'arrivée de l'hiver, malgré une présence renforcée. Car il est impossible de quadriller les plus de 150 kilomètres de côtes depuis la frontière belge jusqu’à la baie de Somme. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Omicron : que sait-on de ce variant qui inquiète la planète ?

Covid-19 : un officier de gendarmerie relevé de ses fonctions pour refus de vaccination

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.