VIDÉO - "Caravane de migrants" : des milliers de Honduriens ont repris leur marche vers  les Etats-Unis depuis le Mexique

International
DirectLCI
MIGRANTS - Plusieurs centaines d'hommes, de femmes et enfants, pour la plupart originaires du Honduras et fuyant la misère, ont franchi illégalement la frontière mexicaine. Depuis plusieurs jours, une "caravane" de plusieurs milliers de migrants s'est massée sur un pont pour tenter d'entrer dans le pays et de rejoindre, illégalement, les Etats-Unis.

Les autorités mexicaines étaient parvenues à les contenir, sur un pont, à la frontière. Mais la pression et la détermination de ces milliers de migrants était trop forte. Des milliers de Honduriens ont repris leur marche vers les Etats-Unis ce dimanche après être parvenus à franchir la frontière avec le Mexique depuis la ville de Ciudad Hidalgo. 


Samedi, déjà, des centaines d'entre eux avaient pu traverser le fleuve Suchiate à pied ou sur des embarcations, y compris des adultes avec enfants. Environ la moitié d'entre eux se sont ensuite approchés du pont frontalier pour encourager leurs compatriotes à faire de même afin de poursuivre leur marche vers les Etats-Unis dès dimanche matin. Le nombre de migrants de la "caravane" toujours bloqués sur le pont, que les autorités mexicaines est estimé à plusieurs milliers. Plus de 300 personnes auraient de leur côté accepté de retourner dans leur pays à bord des bus mis à leur disposition par le Guatemala.

   

Plus tôt dans la journée, le Mexique avait ouvert sa frontière à des femmes et enfants qui ont ensuite été conduits dans un refuge de la ville de Tapachula, à environ 40km de Ciudad Hidalgo.

Un dossier suivi de près par Donald Trump

Le président américain Donald Trump avait, dans un premier temps, félicité le Mexique pour sa fermeté face à l'arrivée des migrants. Jeudi, il avait menacé de fermer la frontière avec le Mexique si les autorités ne bloquaient pas l'avancée de la "caravane". Plus de 500.000 personnes traversent chaque année illégalement la frontière sud du Mexique pour tenter ensuite de remonter vers les États-Unis, selon des chiffres de l'ONU. Le Honduras est l'un des pays les plus violents du monde, avec un taux annuel de 43 homicides pour 100.000 habitants.


Le président hondurien Juan Orlando Hernandez s'est entretenu de la situation, samedi au Guatemala, avec son homologue Jimmy Morales, ainsi qu'avec le président mexicain Enrique Peña Nieto par téléphone. Partie il y a une semaine San Pedro Sula, dans le nord du Honduras, la "caravane" de quelque 4.000 migrants tente de gagner les États-Unis. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter