VIDÉO - Carlos Ghosn : Tokyo, Versailles, Oman... quatre mois d'une enquête tentaculaire

VIDÉO - Carlos Ghosn : Tokyo, Versailles, Oman... quatre mois d'une enquête tentaculaire
International

Toute L'info sur

Carlos Ghosn : l’ex-patron de Renault rattrapé par les affaires

JUSTICE - Carlos Ghosn a de nouveau été arrêté jeudi à son domicile de Tokyo sur fonds de nouveaux soupçons de malversations financières. Un énième coup de théâtre dans un dossier qui devient tentaculaire. Explications.

Retour à la case prison pour Carlos Ghosn. L’ancien patron de Renault a été interpellé jeudi à son domicile de Tokyo sur de nouveaux soupçons de malversations financières.  Il a été conduit au centre de  détention de Kosuge, au nord de Tokyo où il a déjà passé plus de 100 jours  avant d'être libéré sous caution il y a à peine un mois. Une arrestation "révoltante et arbitraire", a vitupéré le dirigeant qui, dans une interview exclusive accordée à TF1/LCI quelques heures avant cette nouvelle interpellation qu'il avait anticipée, a dénoncé "des mensonges", de l'"acharnement"et une "démolition systématique". Il en appelle désormais au gouvernement français. Le constructeur Nissan, lui, a encore une fois jeudi évoqué "des preuves substantielles d'un  comportement ouvertement contraire à l'éthique".  En quatre mois, les accusations se sont multipliées à l'encontre de l'ex PDG et plusieurs procédures sont désormais en cours au Japon mais aussi en France. 

Des fonds transférés à Oman pour acheter un Yacht ?

Depuis ce jeudi, le parquet japonais soupçonne Carlos Ghosn d'avoir transféré des fonds de Nissan, pour un total de 15 millions de dollars entre fin 2015 et mi-2018, à une société "de facto contrôlée par lui". Sur cette somme, 5 millions ont été détournés, a précisé le bureau des procureurs dans un communiqué. "Le suspect a trahi sa fonction (de patron de Nissan) pour en tirer des bénéfices personnels", a-t-il souligné. Ce procédé aurait débuté dès 2012, portant sur une somme totale de plus de 30 millions de dollars versée à un distributeur de véhicules Nissan à Oman, montants dont une partie lui serait revenue indirectement. Il aurait notamment acheté un yacht et investi dans une société dirigée par son fils aux Etats-Unis. Des flux financiers similaires ont été signalés la semaine dernière par Renault à la justice française, à l'issue d'une enquête interne du constructeur qui s'interroge aussi sur des dépenses opaques au sein de la filiale commune avec Nissan, RNBV, basée aux Pays-Bas.

Voir aussi

Inculpé pour abus de confiance et déclaration inexacte de revenus

Ces éventuelles malversations financières s’ajoutent aux autres dossiers qui plombent Carlos Ghosn. L’ex dirigeant est en effet sous le coup de trois inculpations au Japon pour déclarations inexactes de revenus sur les années 2010 à 2018 et pour abus de confiance. Tout a débuté le 10 décembre, avec une première inculpation pour dissimulation de revenus entre 2010 et 2015. Le 21 décembre, il fait face à de nouvelles charges : il est soupçonné d'avoir tenté de faire couvrir par Nissan des pertes sur des investissements personnels lors de la crise économique de 2008, ce qu'il dément. Enfin, le 11 janvier, Carlos Ghosn est mis en examen pour abus de confiance et pour avoir minoré ses revenus dans des rapports boursiers de Nissan entre 2015 et 2018.

Enquête sur un mariage à Versailles

Ces accusations d'abus de confiance et de déclaration inexacte de revenus ne concernent que le Japon et non la justice française. En revanche, une enquête a été ouverte dans un autre dossier français cette fois : l'ancien patron est soupçonné d'avoir obtenu la location du château de Versailles et du Grand Trianon pour l'organisation de son mariage, une prestation évaluée à 50.000 euros, en contrepartie d'une convention de mécénat signée entre l'établissement public et la marque au losange. L'enquête, confiée à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), fait suite à un signalement de Renault à la justice début février. C’est dans le cadre de cette affaire, au cours de laquelle les avocats de Renault ont remis un certain nombre de documents au Parquet, que les flux financiers suspects qui valent à Carlos Ghosn une nouvelle interpellation ont été découverts. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent