Ce qu’il faut retenir de l’interview choc de Meghan et Harry

Ce qu’il faut retenir de l’interview choc de Meghan et Harry

C'est une interview qui fera date. Les réponses du prince Harry et de sa femme aux questions de l'animatrice vedette Oprah Winfrey ont fait le tour du monde. Elles lèvent le voile sur la vie quotidienne et l'état d'esprit au sein de la famille royale.

En deux heures d'entretien avec la star des présentatrices américaines Oprah Winfrey, Meghan Markel ne retient pas ses coups. Elle accuse la famille royale de racisme envers son fils Archie. "On nous a dit qu'il n'aurait pas droit à une sécurité, qu'il n'aurait pas de titre. Il y a aussi eu des conversations pour savoir à quel point sa peau serait foncée lorsqu'il naîtrait".

Toute l'info sur

Le 20h

Tout aussi virulent que son épouse, le prince Harry justifie son départ de Buckingham en quelques mots. "Je n'avais pas assez de soutien, pas assez de compréhension". Depuis près d'un an, le duc de Sussex a quitté la monarchie anglaise. En pleine querelle familiale, il s'en prend à l'institution, qui selon lui, détruit sa famille. "Mon frère et mon père sont prisonniers, ils ne réussiront pas à s'échapper. J'ai beaucoup de compassion pour eux".

Le grand déballage ne s'arrête pas là. Harry et Meghan racontent même qu'ils s'étaient mariés trois jours avant la cérémonie officielle. Une seule exception dans la salve d'attaques : la Reine. "Je ne lui ai pas menti, j'ai trop de respect pour elle". L'interview a été vendue au moins sept millions de dollars à la chaîne américaine CBS. Mais le couple promet qu'il n'a pas été payé pour y participer.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter