VIDÉO - Chine : les images de l'incroyable épopée des éléphants fugueurs

VIDÉO - Chine : les images de l'incroyable épopée des éléphants fugueurs

ODYSSÉE - Les tribulations d'un troupeau d'éléphants fascinent la Chine : enfuis de leur réserve, il y a plus d'un an, ils ont multiplié les dégâts sur leur passage et sont désormais surveillés par drones et caméras infrarouges. Le but : tenter de canaliser ces pachydermes en quête de nourriture.

Cette traversée inédite met en émoi les Chinois, tout autant qu’elle déconcerte scientifiques et habitants. Un troupeau de neuf adultes, trois adolescents et trois petits éléphants ne s’arrête plus : il y a près d’un an et demi, ils ont quitté leur réserve de Xishuangbanna, région frontalière du Laos et de la Birmanie où ils vivaient exclusivement jusque-là, pour mettre le cap sur la province du Yunnan, plus au nord. 

Leur périple s'élève désormais à plus de 500 km, pour une espèce capable d’enchaîner une trentaine de kilomètres d'un coup, souvent de nuit, à travers les forêts denses. Imprévisibles, suivant une trajectoire mystérieuse, les pachydermes sont traqués sans relâche. Caméras thermiques et infrarouges, drones, équipe de 400 personnes dépêchées au sol, jour après jour sur le pont : de gros moyens sont déployés pour les surveiller et essayer de connaître leur direction. 

Toute l'info sur

Le 20h

Une occasion unique de mieux comprendre ces animaux. "Nous avons découvert beaucoup de choses sur leur sommeil, leurs jeux, leur alimentation, explique Chen Mingyong, professeur à l’université de Yunnan, dans le reportage en en-tête. Il y a de nombreux comportements sur lesquels nous n’avions pas suffisamment de données. Ces éléphants nous ont fourni de nouveaux axes de recherche." 

La trentaine de zoologues de la cellule de crise qui suit le dossier ne s’explique pas encore les raisons de ce départ, mais cette espèce a pris l'habitude ces dernières années de se rapprocher de villages, parce que les plantes qu’ils mangent habituellement dans leur province sont remplacées par des espèces non comestibles.

Le troupeau s'invite dans les villages à la recherche de nourriture

Au-delà des scientifiques, l’épopée de ce troupeau enchante toute la population, qui se délecte des images de leur périple relayé par la chaîne de télévision publique CCTV en direct et en continu sur les réseaux sociaux. Des images au jour le jour, qui dévoilent des scènes insolites et suspendues, comme une sieste du troupeau en juin dernier dans une forêt à Yuxi, à 500 kilomètres de leur réserve d’origine. Couchés sur le flanc, les animaux dorment les uns à côté des autres. Le troupeau compte désormais trois éléphanteaux, dont deux sont nés pendant l'odyssée.

S’ils progressent sans être inquiétés, ils sont tout de même placés sous haute surveillance. Car ces pachydermes traversent des autoroutes et font aussi la frayeur des habitants des villages qu’ils traversent dans leur expédition. Avec leur trompe, ils parviennent à ouvrir des portes et ainsi visiter des granges et maisons à la recherche de nourriture. Dans une vidéo reprise par le reportage en en-tête, l’une des bêtes s’invite dans la cour intérieure d’une habitation. 

Des centaines de fonctionnaires interviennent pour évacuer les populations sur le passage de ces mastodontes, qui peuvent peser quatre tonnes et courir à près de 50 km/h. Plusieurs milliers de personnes ont déjà dû quitter leur foyer par précaution. L’épopée a également fait un mort en mars dernier : un villageois a été piétiné par deux éléphants. Les pachydermes peuvent en effet se montrer dangereux s’ils ont l’impression que leurs petits sont menacés. 

Le périple devrait prendre fin cet hiver

Pour tenter de les canaliser, les autorités tentent de les attirer avec de la nourriture et de bloquer des routes à l’aide de camions. Mais le troupeau n’hésite pas non plus à ravager d’innombrables hectares de maïs et de canne à sucre, faisant plus d’un million d’euros de dégâts pour l’agriculture locale.  Pour autant, l’espèce reste protégée, et ne peut pas être abattue. Une politique qui a permis de faire grimper sa population à 300 têtes, contre moins de 200 dans les années 1980. 

Lire aussi

Circulant à 15 marcheurs jusque-là, le troupeau a perdu un membre en juin dernier. Un jeune mâle âgé d’une dizaine d’années s’était éloigné du troupeau, passant plusieurs semaines seul, avant d’être capturé et ramené à la réserve. 

Le reste du troupeau, lui, continue son voyage. Avec la chaleur de l'été, leur rythme a ralenti, mais selon les spécialistes, ils devraient accélérer le pas à l’automne. Ils ne devraient pas pour autant atteindre le bout de leur périple d’ici à l’hiver, cette fois plein sud, après un demi-tour mystérieux en direction de leur point de départ. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars" : Louis Delort, Manon, Anne Sila, Amalya, Terence et MB14 filent en finale

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

Deux navires de guerre russe et américain frôlent l'incident en mer du Japon : "Un acte inadmissible"

"The Voice All Stars" : ces 6 talents qu’on aimerait voir en finale

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.