VIDÉO - Comment Macron a failli obtenir un coup de fil historique entre Rohani et Trump lors du sommet de l'ONU

International

COULISSES - Il s'en est fallu d'un rien. Le 24 septembre dernier, Emmanuel Macron a tenté de convaincre Donald Trump et Hassan Rohani de se parler au téléphone lors du sommet de l'ONU à New York. La ligne était prête. Le président américain aussi. Mais au dernier moment, tout a capoté.

La scène se déroule à New York mardi 24 septembre en fin de journée lors de l'assemblée des Nations-Unies. Le président de la République vient de tenir une conférence de presse pendant laquelle il estime que "les conditions d’une reprise rapide d’une négociation [entre l’Iran et les Etats-Unis] ont été créées". Depuis deux jours, le chef de l'Etat tente de convaincre Donald Trump et Hassan Rohani - tous deux présents à New York - de se rencontrer. Finalement, la  rencontre  tant espérée ne se fera pas.

Pourtant, comme le révèle le New York times, en coulisses, le rapprochement entre les deux hommes a bel et bien failli avoir lieu. "Une ligne téléphonique sécurisée a été mise en place entre les hôtels du président américain et du dirigeant iranien" a confirmé l’Elysée ce mardi à LCI/TF1.  Au bout du fil, Donald Trump est prêt. Le président français quitte alors le restaurant dans lequel il dînait pour rejoindre le Millénium, la résidence  où séjourne Hassan Rohani sous haute sécurité. Le président iranien est soumis à des restrictions très strictes de circulation sur le territoire américain. 

Emmanuel Macron arrive donc dans le hall quelques minutes avant l’appel attendu. La veille, déjà, le président de la République accompagné de Jean-Yves Le Drian, Bruno Le Maire et ses conseillers, ont passé près d'1h40 avec une délégation iranienne dans un salon du Millenium.  "Jusqu’au bout, les Iraniens sont ok, […] à deux doigts de passer l’appel", confie un conseiller. Mais soudain c’est la douche froide : "La délégation iranienne descend et prévient le président [français] qu’ils ne prendront pas l’appel". 

"Les Iraniens voulaient que les Etats-Unis annoncent publiquement la levée des sanctions avant qu’un contact soit établi", ajoute-t-on à l’Elysée. Le chef de l’état français prend donc son téléphone et joint son homologue américain pour l’avertir : "Donald Trump l’a félicité pour son action". 

"J'ai fait ce que j'avais à faire" et une rencontre "ne dépend que d'eux", ajoutera le président français avant de repartir prendre son avion pour Paris, sans le succès diplomatique dont il rêvait.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter