Comment Vladimir Poutine verrouille les élections en Russie

Comment Vladimir Poutine verrouille les élections en Russie

REPORTAGE - En Russie, le parti d'Alexeï Navalny a eu interdiction de présenter des candidats aux législatives ce week-end. Ses consignes de vote ont aussi été bloquées par Apple et Google. La preuve que le chef du Kremlin a encore un certain pouvoir.

À la Commission centrale des élections à Moscou, il est possible de surveiller les opérations de vote partout sur le territoire. On pourrait y découvrir les techniques discrètes et particulières pour voter, ou bien filmer par des observateurs une manière de bourrer les urnes, ou encore les intimidations quand il s'agit de faire sortir ou disparaître plus ou moins discrètement des bulletins de vote.

Toute l'info sur

Le WE

Tout semble bon pour peser sur l'électeur et gagner des voix. À Saint-Pétersbourg par exemple sur cette liste, dans une circonscription, sont apparus des homonymes qui sont aussi des sosies de candidats officiels de l'opposition. De quoi au mieux rendre perplexe les électeurs et au pire diluer les voix et assurer la défaite du candidat visé.

Le principal leader de l'opposition Alexeï Navalny est en prison depuis des mois. Son parti, interdit pour extrémisme, proposait une application pour informer et orienter les électeurs, faire le candidat le mieux placé face au parti présidentiel. Mais à la demande du Kremlin, après des menaces sur certains employés, cette application a tout simplement été supprimée des réseaux par Apple, Google et Telegram, la messagerie russe. Le pouvoir semble craindre ces législatives. Les commentateurs politiques estiment que Vladimir Poutine sera obligé d'accepter les résultats de cette élection face à une population qui ne tolérera plus ni triche ni nouvelle manipulation.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 48.000 contaminations en 24 heures, en hausse de 55% sur une semaine

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Cinquième vague : l'épidémiologiste Arnaud Fontanet appelle les Français à réduire leurs contacts de "10 à 20%"

Autriche : une chirurgienne ampute la mauvaise jambe, elle est condamnée à une amende

Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.