VIDÉO - Coronavirus : 61 cas détectés dans le navire Diamond Princess, 3700 personnes confinées

VIDÉO - Coronavirus : 61 cas détectés dans le navire Diamond Princess, 3700 personnes confinées

CORONAVIRUS – La croisière sera plus longue que prévue. Près de 3.700 personnes sont toujours bloquées en mer vendredi à bord Diamond Princess au large du Japon après la découverte d'une soixantaine de cas à bord.

Quelque 3700 personnes de plusieurs nationalités sont coincées dans leurs cabines au large du Japon à bord du Diamond Princess, un navire de croisière, après la découverte d'au moins 61 cas de coronavirus parmi les passagers. Alors que le navire s’apprêtait à accoster dans la baie de Tokyo, les autorités sanitaires japonaises ont entrepris des tests car le virus a été détecté à Hong Kong chez un passager qui se trouvait à bord.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Cinq nationalités concernées

Le ministre japonais de la Santé, Katsunobu Kato, a déclaré que 273 échantillons ont été prélevés sur les passagers présentant des symptômes, ainsi que ceux ayant débarqué à Hong Kong. Sur les résultats d'analyses restants, 41 ont été positifs, a annoncé vendredi le ministre japonais de la Santé Katsunobu Kato. Ces nouveaux patients seront comme les précédents hospitalisés sur le sol japonais, a précisé le ministre à la presse. Les nouveaux cas concernent 21 Japonais, ainsi que des Américains, des Canadiens, des Australiens, un Argentin et un Britannique.

Le reste des passagers et membres d'équipage devront rester à bord pour environ 14 jours, la période d'incubation du coronavirus étant de deux semaines. Elle devrait s'achever le 19 février au plus tard. 

Lire aussi

Les passagers restent enfermés dans leur cabine

En plus de la quarantaine, les passagers sont contraints de rester confinés dans leurs cabines. Impossible pour eux de profiter de la piscine, des restaurants ou du spa. "On pouvait passer du temps dans les espaces communs et faire des activités, comme jouer au ping-pong. Mais depuis ce matin, nous ne sommes plus autorisés à quitter nos chambres", a déploré un passager japonais auprès de la chaîne de télévision NHK. Les passagers doivent également manger dans leur chambre. "Qu'est-ce que je vais faire pendant 14 jours dans une cabine ? Je peux seulement contempler la mer", a déclaré une passagère à TV Asahi.

D'après les informations de Princess Cruises, l'opérateur du navire, la moitié des passagers du paquebot sont des Japonais. Mais on retrouve également des Russes, des Australiens, des Britanniques, des Philippins. Les 10 nouveaux cas constatés affectent des Japonais, Américains, Canadiens, un Néo-zélandais et un Taïwanais. 

Comme on peut le constater sur le site Marine Traffic, le Diamond Princess s'est éloigné des côtes japonaises pour accomplir des opérations maritimes habituelles telles que la production d'eau douce. Mais il devra se rapprocher de nouveau du port de Yokohama pour le ravitaillement.

Lire aussi

Cette situation serait-elle possible en France ?

En France, les autorités ont déjà anticipé les scénarios à suivre en cas de suspicion de coronavirus à bord d'un navire et les consignes ont été données. Le débarquement ou l'embarquement de personnes qui présenteraient des symptômes liés au coronavirus nécessite l'accord du délégué du gouvernement pour l'action de l'État en mer et du préfet maritime. 

Dans le cas où le capitaine d'un navire a des doutes sur l'état de santé des passagers, il a l'obligation d'en informer le Centre de consultation médical maritime. Le cas échéant, une quarantaine peut être décidée par les autorités compétentes et pour une durée minimum de 14 jours. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

Télétravail : Élisabeth Borne annonce un objectif de "5000 contrôles par mois" dans les entreprises

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

VIDÉO - Fermeture des discothèques : le monde de la nuit entre colère et incompréhension

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.