Brésil : cette île paradisiaque réserve son accès aux touristes ayant déjà attrapé le Covid-19

Brésil : cette île paradisiaque réserve son accès aux touristes ayant déjà attrapé le Covid-19

CARTE POSTALE - Plages de sable fin, eaux turquoise, végétation luxuriante... Envie d'aller passer vos prochaines vacances sur l'île de Fernando de Noronha, au large du Brésil ? Il faudra d'abord prouver que vous êtes guéris du coronavirus !

C'est un confetti posé dans l'océan atlantique, à 400 km au large des côtes brésiliennes. 3.000 habitants se partagent les lieux, et seule une route, que l'on parcourt en 15 minutes, traverse l'île de Fernando de Noronha. Aucune chaîne hôtelière ne s'y est implantée, et très peu de constructions sont sorties de terre. Le fruit de règles draconiennes. Par exemple, ici, personne n'est propriétaire. Tout appartient à l'État, qui attribue gratuitement et à vie les maisons. Et pour y prétendre, il faut un sésame : une carte officielle de résident permanent que seuls les plus endurants finissent par obtenir.

Autre exigence, il y a un quota de voitures autorisées sur l'île, 900 et pas une de plus. Et comme ce paradis compte bien le rester, seuls 450 touristes par jour sont autorisés à y débarquer, dont 96% sont des Brésiliens. Des visiteurs qui pendant tout leur séjour sont scrutés par une dizaine de gardes environnementaux. Mais en pleine crise sanitaire, il fallait bien édicter de nouvelles restrictions. Par mesure de sécurité, les autorités ont donc décidé de réserver son accès aux touristes ayant déjà attrapé le coronavirus !

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

"Garantir la protection de tout le monde"

Une mesure qu'ils ont annoncé fin août sur leur compte Instagram et qui est destinée, selon leurs propres termes, à "garantir la protection de tout le monde". "Dans un premier temps, seuls les touristes ayant eu le Covid-19 seront autorisés à débarquer", prévient le message.

Voir cette publication sur Instagram

Depois de uma longa espera, Fernando de Noronha está pronta para receber os turistas. Todos os cuidados foram tomados para que esse reencontro seja feito de forma segura. E o que é melhor: não será preciso ficar em período de quarentena para curtir as belezas naturais da ilha. Sejam bem-vindos!

Une publication partagée par Fernando de Noronha (@noronha_oficial) le

Les visiteurs, qui doivent d'habitude seulement s'acquitter à leur arrivée d'une taxe destinée à la conservation de l'environnement,  sont désormais invités depuis le 1er septembre à présenter de surcroît les résultats de tests prouvant qu'ils ont été contaminés par la maladie dans le passé.

Lire aussi

Ensuite, les touristes admis sur l'île se verront remettre un bracelet d'identification et ne pourront déambuler à leur guise qu'après avoir respecté une période de quarantaine ou avoir été déclarés négatifs au coronavirus après un nouveau test.

"Nous sommes en train de rouvrir de manière responsable, avec prudence et sans précipitation", a justifié Guilherme Rocha, l'administrateur de l'archipel dont dépend l'île de Fernando de Noronha. "La précipitation est l'ennemie de la vie, nous ne pouvons pas tout faire à la fois", a-t-il poursuivi.

Fernando de Noronha avait fermé ses portes le 21 mars face à la propagation de l'épidémie qui a explosé au Brésil, le premier pays d'Amérique latine touché par le Covid-19 et le troisième dans le monde, après les États-Unis et l'Inde, avec près de 3,8 millions de cas et 120.000 décès.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "Nous amorçons une décroissance de l'épidémie", selon Olivier Véran

Emmanuel Macron annonce un assouplissement des restrictions de voyage début mai

Logement : vous pouvez faire résilier le bail de votre voisin en cas de fortes nuisances

Dr Gérald Kierzek : "il n'y a pas de problème pour rouvrir les terrasses, parce que c'est à l'extérieur"

"Rien ne fonctionne" : Gérard Lanvin s'emporte dans Sept à Huit contre une époque "affligeante"

Lire et commenter