Coronavirus en Chine : plusieurs quartiers de Pékin reconfinés après l'apparition de nouveaux clusters

Coronavirus en Chine : plusieurs quartiers de Pékin reconfinés après l'apparition de nouveaux clusters
International

DEUXIÈME VAGUE ? - Une campagne de dépistage massive a été mise en place à Pékin après la découverte de nouveaux foyers de contamination. 106 cas ont déjà été détectés, et plusieurs quartiers de la capitale ont été reconfinés pour enrayer le développement du virus. La situation est "extrêmement grave", avertit la mairie.

À Pékin, des centres de dépistage ont fait leur apparition dans les stades et dans les hôpitaux. Sur les visages des habitants de la capitale venus se faire tester, la même inquiétude, la même crainte d’une nouvelle vague de l’épidémie.

Dimanche 14 juin, 76.000 personnes ont répondu à l'appel. Déjà, plus d’une centaine de cas positifs au coronavirus ont été détectés, a annoncé  l'Organisation mondiale de la santé (OMS) lundi, alors même que plusieurs pays européens rouvraient leurs frontières. Les autorités chinoises redoutent donc un rebond de la pandémie : la situation est "extrêmement grave", a déclaré mardi devant la presse le porte-parole de la mairie, Xu Hejian, ajoutant que Pékin est engagé dans "une course contre la montre" contre le nouveau coronavirus. La veille, il avait déjà averti que "le risque d’une propagation du virus est très élevé".

Un marché encore en cause

Comme ce fut le cas à Wuhan, berceau de la pandémie, tout a commencé sur un marché de gros, situé au sud de Pékin. En fin de semaine dernière, plusieurs employés sont déclarés malades.  Le virus a été découvert notamment sur une planche qui servait à découper du saumon importé, mais "cela ne suffit pas à certifier qu'il provient de produits de la mer d'importation", a toutefois déclaré à la télévision l'épidémiologiste en chef du CDC, Wu Zunyou. "Cela a pu provenir d'une personne contaminée".

Aujourd’hui toute la zone est bouclée : seuls quelques marchands de légumes sont désormais autorisés à vendre leurs produits à l’extérieur de l’enceinte du marché. "Je ne sais pas combien de temps ça va durer", témoigne l’un d’eux.

Le nouveau coronavirus semblait pourtant presque éradiqué en Chine. Jusqu’à ce que ce nouveau foyer ne soit détecté, plus de 50 jours s’étaient écoulés sans aucun nouveau cas à Pékin.

Lire aussi

Un autre marché, au nord-ouest de la ville cette fois, est également touché, a-t-on appris lundi 15 juin. Autour de ces deux foyers de contamination, les quartiers résidentiels sont bouclés et les habitants mis en quarantaine. Les chaînes de télévision chinoises relaient en continu les images d’amis ou de bénévoles apportant nourriture et produits de première nécessité. A toutes les entrées et sorties, les forces de l’ordre ont pris place.

Au total, ce mardi matin, cinq marchés sont fermés en tout ou partie, et près d'une trentaine de zones résidentielles situées à proximité ont été placées en quarantaine pour 14 jours. 

Une menace prise au sérieux

Selon l’OMS, aucune mort associée à l’un de ces nouveaux foyers n’a été enregistrée. Mais la menace est prise très au sérieux. La peur d’un rebond s’installant, les habitants ont tous remis leurs masques et leurs gants. Les sites sportifs et culturels ont refermé, tandis que la rentrée en maternelle a été repoussée. Et les autorités viennent  d’ordonner une inspection générale de la viande, du poisson, des entrepôts de stockage et des services de restauration.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

"Ce que nous aimons voir, c'est une réponse immédiate et un ensemble complet de mesures", a déclaré le directeur des questions d'urgence sanitaire à l'OMS, Michael Ryan, en expliquant que lorsqu'un ensemble de mesures est rapidement pris, les foyers sont habituellement endigués. "Cependant, Pékin est une grande ville et une ville très dynamique et 

connectée, il y a donc toujours une préoccupation. Et je pense que vous pouvez voir ce niveau de préoccupation dans la réponse des autorités chinoises", a-t-il relevé, avant de souligner que l’OMS suit "cela de très près".

Selon les chiffres officiels, la Chine a dénombré 83.221 contaminations, dont 4.634 mortelles. Aucun mort n'a été déploré depuis un mois.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent