VIDÉO - La Corée du Sud invente l'abribus anti-Covid-19

VIDÉO - La Corée du Sud invente l'abribus anti-Covid-19

CORONAVIRUS - La mairie de Séoul innove en expérimentant un "abribus intelligent". Bourré de gadgets hi-tech, le dispositif permettrait d'exclure les passagers potentiellement infectés par le Covid-19, et de décontaminer les autres.

Dix cabines d'un nouveau genre viennent d'être installées aux arrêts principaux d'un arrondissement de Séoul. Ces abribus hi-tech sont d'abord conçus pour abriter les passagers des intempéries et des effets de la pollution. Mais ils filtrent aussi les passagers potentiellement infectés, grâce à une caméra thermique. Au delà de 37,5°, l'accès est refusé.

A l'intérieur, des rayons ultraviolets sont supposés éradiquer "96 à 99 % des particules virales", dont le nouveau coronavirus, selon les services de la mairie. L'efficacité des ultraviolets ne fait pas consensus dans la communauté scientifique. Mais dans les cabines de Séoul, ils viennent s'ajouter à l'ensemble des règles déjà connues : distance, masque, et donc prise de température.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Une stratégie efficace contre l'épidémie

Ces nouveaux abribus s'inscrivent dans une démarche globale des autorités sud-coréennes. Le maire de l'arrondissement dans lequel a lieu cette expérience-pilote, Chong Won-o, résume ainsi l'approche de fond : "Offrir aux citoyens ce qu’ils souhaitent dans des endroits où ils peuvent facilement y accéder, comme les arrêts de bus, est une manière de mettre en œuvre le bien-être social dans un environnement intelligent".

Si le réseau des transports publics de Séoul est déjà l'un des plus sophistiqués au monde, le pays s'est également distingué par l'efficacité de sa lutte contre l'épidémie. En février dernier, la Corée du Sud était le second pays le plus touché, après la Chine. Les autorités ont alors déployé une stratégie fondée sur les tests et le traçage, qui s'est rapidement avérée efficace. Leur programme "dépistage, test et traitement", est ainsi devenu un modèle pour d'autres pays.

Lire aussi

En plus du dispositif lié au Covid-19, les passagers ont un accès libre au wifi, peuvent recharger leurs portables, et suivre la progression du bus qu'ils attendent sur un écran, grâce à une "caméra intelligente". L'abribus est aussi doté d'un panneau solaire, et d'outils de surveillance pour permettre la réaction rapide des secours en cas d'agression ou d'incendie.

La mairie de Séoul veut installer dix "smart shelters" supplémentaires d'ici à la fin de l'année. Une ambition coûteuse : chaque cabine revient à plus de 70.000 euros. Avec 20 cabines au total, l'équipement semble dérisoire face aux 10 millions d'habitants de la capitale sud-coréenne. Il semble que la valeur symbolique et avant-gardiste soit ici davantage recherchée. La multinationale LG Electronics, qui a soutenu le projet, ne s'y est pas trompée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Haute autorité de santé recommande la vaccination des enfants fragiles

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Noël à Bordeaux : pas "d'arbre mort" mais un sapin de verre et d'acier

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.