Angleterre : ces paniers-repas destinés aux enfants pauvres ont suscité l'indignation

Angleterre : ces paniers-repas destinés aux enfants pauvres ont suscité l'indignation

POLÉMIQUE - La fermeture des écoles et des cantines scolaires a plongé des milliers d'enfants britanniques dans une situation de grande précarité. Et des colis alimentaires livrés par le gouvernement ont suscité l'indignation nationale.

Des photos d'un maigre colis reçu par une mère pour préparer dix repas à son enfant ont écœuré le Royaume-Uni. Depuis la fermeture des cantines scolaires, le gouvernement a chargé des prestataires de  livrer des colis alimentaires aux familles démunies. Problème : ces paniers-repas se révèlent insuffisants. Quelques fruits, des yaourts en tube, une boite de conserve ou encore des tranches de pain de mie. 

Alors que la Grande-Bretagne est fortement touchée par la crise sanitaire, les mesures de restriction ont fortement affecté les familles. Actuellement, l'Angleterre est strictement confinée et les écoliers sont obligés de rester chez eux. En plus de devoir garder leurs enfants, les familles défavorisées doivent faire face à un autre souci : les nourrir.  

En temps normal, les enfants dont les parents rencontrent des difficultés économiques ont le droit à un repas gratuit à l'école. "Pour les familles avec deux ou trois enfants, ça fait deux ou trois repas à prévoir par jour, donc dix à quinze par semaine. Ce sont des repas qui ne sont pas prévus dans leur budget", explique un membre d'une association qui vient en aide aux familles défavorisées. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Au micro de TF1, Sharon Haston raconte ses difficultés à nourrir sa fille de huit ans avec ce colis. "Elle a déjà mangé la plupart du pain, le thon aussi, les fruits, il me reste deux pommes. On ne va pas loin. Ils doivent penser que les enfants ne mangent pas autant."  

Sur les réseaux sociaux, certains internautes montrent leurs courses pour 34 euros en comparaison du panier fourni par une entreprise privée à une école. Chaque panier aurait coûté la même somme aux contribuables. Des mères de familles ont ainsi calculé qu'elles auraient pu acheter bien plus de victuailles avec 34 euros. Indigné, un autre individu a proposé de payer ses impôts avec quelques boîtes de conserve.

Du côté politique, des voix se sont aussi élevées contre ces paniers-repas. La cheffe de l'opposition au Parlement britannique Angela Rayner a attaqué le gouvernement pour avoir permis à des entreprises privées de "profiter" et de gagner de l'argent en fournissant des repas inadéquats à des " enfants affamés". 

Les familles défavorisées ont pu compter sur le soutien d'un des footballeurs les plus célèbres d'Angleterre. Engagé depuis quelques mois contre la pauvreté infantile, l'attaquant de Manchester United, Marcus Rashford a décidé d'interpeller le gouvernement sur cette question. "Je viens de parler avec le Premier ministre, il m'a assuré qu'il était décidé à régler ce problème alimentaire", a annoncé le joueur. 

Le Premier ministre Boris Johnson lui a répondu sur le réseau social Twitter :"Je suis tout à fait d'accord avec vous, ces colis alimentaires ne répondent pas aux normes que nous avons définies et nous avons clairement indiqué à l'entreprise concernée que c'était honteux".

Lire aussi

De son côté, la ministre de l'Enfance et de la Famille Vicky Ford s'est entretenue avec le directeur de Chartwells - prestataire chargé de livrer ces colis alimentaires - et a déclaré que l'entreprise prendrait des mesures pour améliorer la qualité de ces colis. 

En guise de défense, l'entreprise a affirmé avoir été rapidement débordée par la confection de ces paniers qui auraient été fait dans la précipitation. Sur leur compte Twitter, le prestataire Chartwells a remercié les familles pour avoir attiré leur attention sur ce problème tout en publiant de nouvelles photos montrant des colis alimentaires plus fournis. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

EN DIRECT - La Moselle classée en zone à haut risque par l'Allemagne : la France opposée à une "quasi-fermeture de la frontière"

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

"C’est les mêmes gars" : avec Tom Ross, Florent Pagny a trouvé son double dans "The Voice"

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter