Covid-19 : ces voisins européens qui, eux, se déconfinent

Covid-19 : ces voisins européens qui, eux, se déconfinent

BOUT DU TUNNEL - Alors que plusieurs pays européens commencent à se déconfiner, le retour a une vie presque normale est-il pour autant à portée de main ? Tour d'horizon des différentes stratégies face au Covid.

Un an après le début de la pandémie, tous les Européens ne sont pas logés à la même enseigne en ­matière de restrictions sanitaires. Alors que certains, à l'image de la France, ont dû resserrer la vis face à une troisième vague de grande ampleur, d'autres peuvent goûter à de petites libertés retrouvées. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

Les terrasses rouvrent en Allemagne

C'est le cas à Sarrebruck en Allemagne où malgré les 0 degrés affichés au thermomètre, les habitants peuvent depuis ce mardi boire une bière en terrasse ou retourner au cinéma, profitant de la levée controversée de restrictions dans la région de la Sarre, à contre-courant du reste du pays. Des flocons de neige se sont invités pour cette réouverture, mais peu importe, tous veulent savourer ce premier jour de liberté. "Tant pis si la météo est mauvaise. Ça fait tellement de temps qu'on attend. Depuis fin octobre en fait", lancent ainsi deux amis qui viennent de s'attabler. 

Ici, le virus circule trois fois moins vite qu'en France. Alors ce petit Land de Sarre, dans l'ouest, a décidé de rouvrir, sur réservation, terrasses, cinémas, théâtres et salles de sport en échange de la présentation d'un test Covid négatif du jour. Cette région à la frontière de la Moselle française et du Luxembourg devient ainsi le premier État régional allemand à desserrer l'étau des dispositifs de lutte contre le Covid, à l'image de ce que fait depuis quelques jours la commune de Tübingen, dans le sud de l'Allemagne. Le sort de ces quelques espaces de liberté dépendra tout de même de l'évolution du taux d'incidence en Sarre qui doit rester inférieur à 100. Il est passé en deux semaines de 66 à 91,3 pour 100.000 habitants mardi.

Déconfinement progressif en Espagne et au Portugal

Même sentiment en Espagne. À Barcelone, le Covid est même devenu un souvenir. L'Espagne a seulement interdit les voyages entre régions pendant plusieurs mois, mais les bars, restaurants et écoles, eux, sont restés ouverts. Autre singularité, le port du masque est très peu contrôlé. "Finalement, quand vous voyez que les autres ne le portent pas, vous oubliez de le mettre. Tout le monde nous a dit que c'est très bien comme ça", explique une riveraine dans le 20h de TF1.

Au Portugal limitrophe, musées, collèges et terrasses de café ont rouvert lundi, plus de deux mois après leur fermeture. C'est la deuxième étape d'un plan de déconfinement progressif pour éviter une reprise de l'épidémie de Covid-19 qui a durement frappé le pays en début d'année. Après la réouverture des écoles primaires le 15 mars dernier, c'était au tour des collégiens de reprendre le chemin de leurs établissements. Pour favoriser ce retour en sécurité dans les écoles, le gouvernement s’appuie sur un dépistage de masse et un plan de vaccination du personnel enseignant.

Les autres secteurs d'activités qui rouvrent au public devront observer des règles sanitaires strictes. Les cours collectifs restent interdits dans les salles de sport et les rassemblements sont limités à quatre personnes par table sur les terrasses de café.  Selon le plan de déconfinement du gouvernement, les lycées, les universités et les salles de spectacle devront, eux, attendre jusqu'au 19 avril pour rouvrir et pour les restaurants, ce sera début mai.

Lire aussi

Alors que la quasi-totalité des États européens étaient confinés, la moitié passe donc peu à peu au vert. Seule la France et une dizaine d'autres pays ne sont toujours pas sortis de la troisième vague et se maintiennent dans le rouge. Un bémol cependant, l'épidémie est cyclique. Ainsi, même si le Portugal a rouvert ses terrasses et ses musées, les touristes sont soumis à une quarantaine. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

Lire et commenter