VIDÉO - Crash d'un Boeing 737 en Indonésie : les boîtes noires localisées, plus d'espoir de retrouver des survivants

VIDÉO - Crash d'un Boeing 737 en Indonésie : les boîtes noires localisées, plus d'espoir de retrouver des survivants

CRASH AÉRIEN - Un Boeing 737 qui transportait 62 personnes s'est écrasé en mer de Java samedi. L'appareil de la compagnie Sriwijaya opérait un vol intérieur reliant Jakarta à Pontianak. 62 personnes étaient à bord. Les deux boîtes noires ont été retrouvées ce dimanche.

Un avion de la compagnie Sriwijaya Air a disparu des radars samedi vers 9h40, quelques minutes après son envol. Ce dimanche, l'hypothèse du crash ne fait plus aucun doute. Les deux boîtes noires de l'appareil ont en effet été repérées en mer de Java. Le Boeing 737-500 avait disparu des radars quelques minutes après son décollage depuis la capitale Jakarta. Il transportait 62 personnes, dont 12 membres d'équipage, et opérait un vol intérieur reliant Jakarta à Pontianak, sur l'île de Bornéo. Parmi les passagers, les autorités décomptent sept enfants et trois bébés. 

Les "condoléances" du président indonésien

Le président indonésien Joko Widodo a fait part de "ses profondes condoléances" et appelé ses concitoyens à "prier ensemble pour que les victimes soient retrouvées".

L'avion a perdu 10.000 pieds en une minute

C'est le site Flightradar24, qui permet de suivre le trafic aérien en temps réel à travers le monde, qui a d'abord alerté de la disparition du Boeing 737 peu après 11h (heure française). D'après le site, il avait perdu plus de 10.000 pieds(3.350 mètres), en moins de soixante secondes, environ quatre minutes après le départ de Jakarta. Il a alors perdu le contact avec la tour de contrôle.

Aucun détail n'a été donné à ce stade sur les causes possibles de  l'accident par les autorités. "Le mauvais temps, une erreur de pilotage ou des problèmes techniques, ont  pu être des facteurs dans cet accident, a estimé Gerry Soejatman, un analyste de l'aviation basé à Jakarta. "Mais il est encore trop tôt pour conclure quoi que ce soit". "Quand on  aura retrouvé la boîte noire, on pourra commencer à assembler le puzzle."

Ce matin nous avons reçu deux sacs, l'un avec des objets appartenant aux passagers et l'autre avec des morceaux de corps", a indiqué le porte-parole de  la police Yusri Yunus. La police "travaille sur les identifications", a-t-il  précisé. Des premiers débris ont été ramenés au principal port de Jakarta, dont un  pneu d'avion et un pantalon rose d'enfant.  "Nous avons trouvé des câbles, un morceau de jean et des morceaux de métal", déclarait déjà samedi un responsable de la sécurité à CNNIndonesia. Des centaines de membres des services de secours, de la marine, 10 navires de guerre, des hélicoptères et des plongeurs participent en mer aux recherches. Sur au moins trois sites, des plongeurs ont placé des bouées orange et des sonars sont utilisés pour localiser le fuselage.

D'autres témoins décrivent quant à eux très clairement un crash de l'engin, évoquant au moins une explosion. Un pêcheur a ainsi déclaré au service indonésien de la BBC qu'il avait été témoin d'un accident et que son capitaine a décidé de retourner à terre. "L'avion est tombé comme un éclair dans la mer et a explosé dans l'eau", a-t-il assuré. "C'était assez proche de nous, les éclats d'une sorte de contreplaqué ont presque touché mon navire."

Lire aussi

L'avion est un Boeing 737-500 de 27 ans, selon les détails d'immatriculation inclus dans les données de suivi, et non pas un Boeing 737 MAX, modèle cloué au sol depuis 2019 après deux crashs en cinq mois. Le premier d'entre eux, en octobre 2018, concernait un vol de la compagnie indonésienne Lion Air, qui avait plongé dans la mer environ 12 minutes après le décollage de Jakarta, dans la mer de Java, causant la mort de 189 personnes

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 37.000 cas détectés ces dernières 24 heures en France

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

Covid-19 : Belgique, Italie, Allemagne... l'Europe confrontée au variant Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.