Crise des sous-marins : la France rappelle ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie

Crise des sous-marins : la France rappelle ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie

Après l'annulation du contrat par l'Australie de l'achat de sous-marins à la France, Paris annonce le rappel de ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie. Cela peut-il vraiment altérer les relations franco-américaines ?

L'ambassadeur en Australie quittant le territoire, rappelé à Paris par le premier avion. En langage diplomatique, c'est le symbole de l'indignation française. Pour la première fois de l'histoire de nos relations diplomatiques, l'Élysée rappelle Jean-Pierre Thibault, notre ambassadeur en Australie et Philippe Étienne, notre ambassadeur aux États-Unis. "C'est une alerte très forte entre deux amis, entre deux alliés. Comment aviez-vous pu faire ça ? Comment aviez-vous pu d'abord porter atteinte à nos intérêts majeurs alors que nous sommes votre allié ? Et comment avez-vous pu le faire de cette manière brutale, je dirai, sans y mettre les gants", explique Gérard Araud, ancien ambassadeur de France à Washington (États-Unis).

Toute l'info sur

Le WE

L'humiliation dépasse l'annulation brusque de la vente des sous-marins à l'Australie. Emmanuel Macron croyait être le partenaire stratégique de Scott Morrison, le Premier ministre australien, reçu à l'Élysée en juin dernier. Au G7, il s'affichait bras dessus bras dessous avec Joe Biden, mais le même jour en aparté, le président américain s'entretenait avec Scott Morrison et Boris Johnson. "Nous savons que les Américains, les Australiens et les Britanniques ont conspiré dans notre dos pendant des mois en secret non seulement pour nous prendre le contrat d'armement, mais également pour nous expulser de la relation stratégique", révèle Gérard Araud.

Pas de rappel en revanche de notre ambassadrice au Royaume-Uni, comme pour remettre avec mépris Boris Johnson à sa place. "Les Britanniques ont accompagné cette opération de manière opportuniste", selon une source diplomatique française. Les Américains, eux, tentent de calmer le jeu. L'élimination du chef djihadiste Adnan Abu Walid Al-Sahrawi au Mali devient une occasion de féliciter la France.

Emmanuel Macron n'en est pas à son premier rappel d'ambassadeur. La procédure avait été utilisée avec l'Italie en 2019 et avec la Turquie en 2020. Il n'est en revanche pas question de rupture diplomatique, tout le personnel des ambassades reste en place.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la vaccination des enfants au menu du Conseil de défense lundi

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Covid-19 : les Français réticents à utiliser le vaccin Moderna, dont on aura pourtant besoin pour la 3e dose

VIDÉO - Indonésie : l'éruption du volcan Semeru fait au moins 13 morts, des milliers d'habitants ont fui Java

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.