Afghanistan : le point sur les forces de Daech dans le pays

Afghanistan : le point sur les forces de Daech dans le pays

DÉCRYPTAGE - Daech est désormais l'ennemi public numéro un des talibans. Malgré une absence de base géographique solide, le groupuscule s’appuie sur des cellules dispersées pour tenter de déstabiliser un peu plus l'Afghanistan.

Depuis l'attentat perpétré jeudi devant l'aéroport de Kaboul, qui a tué 85 personnes, dont 13 soldats américains, et fait plus de 160 blessés, leur nom est sur toutes les lèvres. Les soldats du groupe Etat islamique ont ainsi confirmé leur volonté d’étendre leur influence et semer la terreur sur un pays déjà au bord du chaos, à l’heure où des milliers d’Afghans tentaient de fuir le territoire tombé aux mains des talibans, via les ponts aériens affrétés par les puissances occidentales. 

Quelques jours avant cette attaque-suicide, celles-ci mettaient déjà en garde leurs ressortissants et la population civile contre la menace planante de Daech aux abords du site. Le groupe terroriste avait été pourtant discret ces dernières semaines. Mais selon une récente enquête de l’ONU, Daech peut encore s'appuyer sur 1500 à 2200 combattants dans le pays. Cette filiale locale rassemble d’anciens talibans pakistanais et des Afghans déçus par les insurgés qui ont quitté leurs rangs. 

Toute l'info sur

L'Afghanistan aux mains des talibans

Ces défections risquent de se multiplier dans les prochaines semaines, tandis que l’organisation islamiste s’est positionnée en rupture avec les insurgés talibans depuis des années, qu’elle considère comme des apostats. Les djihadistes leur reprochent d'être entrés en négociation avec les États-Unis, notamment dans l’organisation des évacuations de civils y compris afghans depuis Kaboul ces quinze derniers jours. 

"On ne peut pas du tout écarter l’idée que des individus tout à coup ne se reconnaissent pas dans le mouvement des talibans, et qu’ils saisissent l’occasion de rejoindre un groupe plus vindicatif et djihadiste", estime Jean-Yves Berthault, ancien ambassadeur de France à Kaboul, dans le sujet du 20H de TF1 en tête de cet article. 

216 attaques perpétrées depuis le début de l'année en Afghanistan

À sa création en 2015, cette branche afghane de Daech était active dans la province historique de Khorasan, à cheval entre l'Iran et une partie de l'Asie centrale, zone dont elle tire son nom : l’EI-K en français, l’État Islamique au Khorasan. Mais très vite, son champ d'action s'est réduit le long de la frontière avec le Pakistan, après que ses combattants aient été délogés par les troupes afghanes et américaines en 2019. Si l'État islamique ne peut désormais compter que sur ses quelques zones d'activité à l'est de la capitale, il lui reste toutefois quelques cellules dormantes dans le pays pour adapter son mode d'action.

Depuis trois ans, les attaques visent en premier lieu les villes, dans des attentats sanglants perpétrés grâce à des voitures piégées ou des ceintures d'explosifs, comme dans une salle de mariage en 2019, où 91 personnes avaient trouvé la mort. L'objectif reste le même : faire un maximum de victimes civiles pour déstabiliser le pouvoir en place, en particulier parmi des musulmans qu'ils considèrent comme des hérétiques, à savoir notamment les chiites. 

Lire aussi

"Ils ont adopté une stratégie de terrorisme urbain, et celui de l’aéroport était une opportunité inespérée pour se redonner une visibilité mondiale qu’ils avaient partiellement perdue dans le cadre du théâtre afghan", analyse David Rigoulet-Roze, spécialiste du Moyen-Orient et chercheur à l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS). Depuis le mois de janvier, pas moins de 216 attaques ont été recensées par l’ONU en Afghanistan : un chiffre tragique multiplié par six par rapport à l'année précédente.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

"Indemnité inflation" : Emmanuel Macron défend son refus de baisser les taxes sur le carburant

EN DIRECT - Covid-19 : une prime exceptionnelle de 400 euros pour les employés des restaurants universitaires

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.